six français sur 10 jugent négative l'union européenne
six français sur 10 jugent négative l'union européenne © reuters

La Commission européenne a annoncé mercredi qu'elle réévaluerait en mai la situation de la France, qui doit accroître ses efforts d'ici là, et a proposé de repousser à 2017 l'obligation de ramener son déficit public à 3% du produit intérieur brut.

Ce délai (qui est déjà le troisième octroyé par la Commission) est conditionné à la présentation par la France d'ici le mois d'avril, d'un programme national de réformes .Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis , a par ailleurs annoncé qu'il n'y aurait pas d'ouverture de procédure pour déficit excessif envers l'Italie et la Belgique.Il a ajouté que la Commission demandait à la France d'effectuer un effort de redressement budgétaire cette année équivalent à 0,5 point de PIB, alors qu'elle n'en prévoit pour l'instant que 0,3, ce qui impose au pays des efforts supplémentaires.

Si la France ne fait pas ces efforts, la procédure pour déficit excessif pourrait démarrer

a-t-il poursuivi.

Abondant dans son sens, le commissaire européen aux Affaires économiques, le FrançaisPierre Moscovici , a souligné la nécéssité pour la France de faire d'importantes réformes.

Les propos de Pierre Moscovici recuillis par Grégoire Lory

La France prévoit pour l'instant de réduire son déficit public à 4,1% du PIB fin 2015, après 4,4% estimé pour l'instant pour 2014, un chiffre qui devrait finalement être un peu meilleur.

La croissance européenne en berne
La croissance européenne en berne © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.