Les États-Unis exploitent le pétrole de schiste
Les États-Unis exploitent le pétrole de schiste © MaxPPP

En un an et demi, le baril de pétrole a perdu plus de 70% de sa valeur.À la pompe, ça peut sembler être une bonne nouvelle. Mais à terme, ce contre-choc pétrolier va impacter tout le monde.

Les deux grands responsables du déséquilibre, ce sont les États-Unis et l’Arabie Saoudite. Les deux pays se livrent une guerre des prix. Washington s’est retrouvé en quelques années à exploiter l’équivalent pétrolier de deux Norvège en utilisant le pétrole de schiste. Ryad puise de son côté dans ses réserves de change en attendant que le schiste américain abdique.

Les autres pays producteurs sont obligés de suivre. La Russie, le Vénézuela, l’Algérie, le Nigéria ont fondé leur prospérité, leur puissance militaire et la stabilité de leur régime sur un baril à plus de 80 dollars. Avec un baril vendu autour de 30 dollars, leurs recettes ont été divisées par quatre en 18 mois.

Les importateurs de pétrole, comme la France, bénéficient de cette conjoncture tarifaire. Mais c'est du court terme, les effets déstabilisants peuvent vite devenir supérieurs aux effets bénéfiques.

L'essence augmente en Algérie

La chute des prix du pétrole touche aussi l’Algérie, dont les hydrocarbures représentent 97% des exportations.

Fin 2014, la balance commerciale est excédentaire de 5 milliards et demi de dollars. Aujourd’hui, elle est déficitaire de 12 milliards et demi. En conséquence, la loi de Finances algérienne 2016 prévoit toute une série d’augmentations de taxes, pour faire rentrer l’argent dans les caisses de l’état. Si bien que même si le prix du pétrole est à la baisse, le prix de l'essence augmente. Au premier janvier, le prix du litre a bondi de 30%.

La hausse du prix du transport a une incidence sur les tarifs des produits de consommation courante.

La nouvelle loi de finances apporte une nouvelle augmentation aussi bien dans les charges que dans l'alimentation, le transport... Ça va tirer la classe moyenne vers le bas.

Yamina Marghraoui, secrétaire nationale du syndicat autonome Snapap

Dans les semaines à venir ce sera au tour de l'eau, du gaz et du forfait de téléphone d'être plus chers. Mais les économistes estiment que ce sera insuffisant pour redresser la barre en Algérie.

La variation du prix du pétrole depuis 2007

Le prix du baril de pétrole
Le prix du baril de pétrole © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.