Grande distribution, macroéconomie ou combat ouvrier, la BD regarde le monde par le prisme de l’économie et du social.

La Bd économique et sociale
La Bd économique et sociale © x

La lutte en BD

Couverture de Politique qualité
Couverture de Politique qualité / Sebastien Vassant Futuropolis

« Lutter c’est exister ». Sébastien Vassant (auteur de Juger Pétain ) a souvent entendu ce credo quand Yvonne, Jeaninne, Arlette, Martine et Hélène lui ont raconté leur vie d’ouvrière militantes. En 2005, elles ont manifesté ensemble contre la fermeture de l’usine Jabil installée à Brest depuis 1971. En retraite depuis, elles continuent de se voir. Un jour, à la demande du metteur en scène Lionel Jaffret, ces jeunes mamies ont raconté leur combat, pour finalement jouer leur propre rôle dans une pièce de théâtre. Quand Kris, dessinateur brestois a raconté à Sébastien Vassant cette aventure peu banale, le scénariste est allé voir les anciennes salariées sur scène. Cela fait déjà un an qu’elles tournaient avec le spectacle de leur aventure syndicale. Il a écouté leur histoire commune, mais surtout leurs expériences individuelles…Et dans Politique Qualité il raconte : l’origine familiale de leur militantisme, leur parcours de travailleuses, mais aussi de femmes. Surtout, à l’heure où les salariés désertent les syndicats, il dessine un monde disparu : celui du plein emploi. Sébastien Vassant retrace l’évolution d'un monde professionnel où la peur de la précarité a supprimé la solidarité. C’est particulièrement visible dans la confrontation avec les jeunes comédiennes qui, à l'origine, devaient jouer le rôle des ouvrières. Ces dernières expliquent même que leur engagement passera peut-être désormais par de l’associatif… En trichromie orange, noir et blanc, dans un graphisme un peu rétro qui rappelle les affiches de la fin des années 60, Politique Qualité offre ainsi un bel instantané des combats militants, du monde du travail et de femmes de deux générations.

Sebastien Vassant : "Ce qui était intéressant dans la pièce, c'est que ce n'était pas uniquement un tract. Ces femmes arrivaient à remettre de l'humain..."

Sébastien Vassant : "La BD permet de jouer sur la narration, d'incarner plus les personnages; et de jouer avec le rythme de lecture"

Politique qualité de Sébastien Vassant chez Futuropolis

 La finance pour les nuls :

Couverture des Aventuriers de la finance perdue publié chez Casterman
Couverture des Aventuriers de la finance perdue publié chez Casterman / Dominique Chavagneux, James

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la finance sans jamais oser le demander : c'est ce que promet Les aventuriers de la finance perdue. Les habitués des pages "Éco" du "Figaro", n’apprendront peut-être rien. Mais tous les autres deviendront incollables sur les rouages de la finance. Ils découvriront comment les banques ont imaginé des produits de plus en plus risqués pour accroître leur marge - avec, pour conséquence la crise de 2007. Ou comment les organismes financiers s’organisent pour contourner, ou écarter, toutes les tentatives de contrôle du système.

Mis en scène dans un procès imaginaire de la finance, un contrôleur de gestion raconte à la barre son licenciement non pas parce qu’il était mauvais, mais parce qu’il avait allumé les warning et signalé les risques pris à son employeur… L’économiste Christian Chavagneux  (Alternatives économiques, On n’arrête pas l’éco …) est aux manettes de cet ouvrage ultra pédagogique. Ses propos sont servis par le dessin simple et incisif de James (Dans mon open space, Fluide Glacial,La revue dessinée et plus récemment le désopilant L’École du gag avec Jorge Berstein (éd. Vide Cocagne). Un livre très facile d’accès et au ton étonnement léger vu la complexité du propos.

Les aventuriers de la finance perdue, le procès de la finance internationale, de Christian Chavagneux et James chez Casterman

Dans la peau d’un employé de supermarché

Voyage en tête de gondole
Voyage en tête de gondole / Timotée Ostermann - Fluide Glacial

Timothée Osterman, jeune dessinateur de 24 ans (Fluide Glacial, So Foot…) a effectué un stage dans un hypermarché. De son immersion dans la grande distribution, il a tiré Voyage en tête de gondole. Du stand bricolage au rayon liquide, en passant par la compacteuse, il raconte ses collègues souvent silencieux arrivés ici un peu par hasard. Mais aussi, comment il a appris à jeter les marchandises bientôt périmées, découvert les horaires décalées, compris l’importance d’un « dress-code », et est même devenu expert en « tire-palettologie ». Un témoignage vivant.

Voyage en tête de gondole de Timothée Osterman publié chez Fluide Glacial

►►► Toujours sur la BD du réel, lire aussi : En 2016, la BD éclairera le monde

ET AUSSI I Été 2016 : la sélection BD de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.