Lors des dernières élections professionnelles dans les TPE, la CGT était largement en tête. Le prochain vote se prépare. Et la CFDT pourrait inverser la tendance.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à Matignon
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à Matignon © Maxppp / Christophe Morin

La CGT et son syndicalisme de combat, contre la CFDT réformiste. La bataille s’annonce rude d’ici la fin de l’année. C’est ce lundi que sont publiées les listes électorales pour les élections professionnelles dans les TPE (Très Petites Entreprises, moins de 10 salariés). Le scrutin aura lieu les 28 novembre et 12 décembre prochains.

Le reportage de Thomas Schonheere du service économie de France Inter.

L’enjeu est important : le prochain sondage de représentativité syndicale, qui additionne les résultats de toutes les élections professionnelles, sera présenté l’année prochaine. Or les TPE emploient 4,5 millions de salariés, donc 4,5 millions de votants potentiels.

En 2013, lors des dernières mesures d'audiences, la CGT était arrivée largement en tête avec 29,54% des voix, devant la CFDT (19,26%) et FO (15,25%). Cette fois, la CFDT n’a pas l’intention de se laisser faire, et si elle réalise un bon score, elle peut donc espérer passer devant la CGT au niveau national.

"On a plus de 600 actions qui vont encore se mettre en place d'ici les élections. On aimerait réduire l'écart de dix points entre nous et la CGT sur ces élections professionnelles dans les TPE, on pourrait devenir premier sur l'ensemble des élections." Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale de la CFDT.

En face, la CGT elle aussi est en campagne et compte insister sur le combat qu'elle mène toujours contre la loi Travail.

"Les salariés des TPE sont les premières victimes de ce dumping de la loi Travail. Mais on travaille aussi la proximité, et ce déploiement doit payer dans les urnes." Fabrice Angeï, du bureau national de la CGT.

Et dans cette course à la première place, reste à convaincre les abstentionnistes. Aux dernières élections, le taux de participation n'a pas dépassé les 11%.

Ces élections dans les TPE sont les dernières avant 2017. Les résultats serviront de base pour désigner les représentants syndicaux dans les futures commissions paritaires régionales (CPRI), crées par la loi Rebsamen en 2015 pour représenter les salariés et les employeurs des TPE, mais aussi désigner les juges prud'homaux et calculer la représentativité des syndicats au niveau national dans le privé.

Les résultats seront connus le 22 décembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.