Premier syndicat d'Air France, la CGT a essuyé un revers électoral lors des dernières élections professionnelles face aux réformistes.

vive opposition de la cgt contre une csg progressive
vive opposition de la cgt contre une csg progressive © reuters

La CGT n'est plus le premier syndicat d'Air France. La centrale, qui a recueilli 14% des suffrages aux élections professionnelles, est reléguée à la quatrième place de la hiérarchie syndicale de la compagnie , derrière l'alliance des réformistes, composée de la CFE-CGC et l'Unac (18% des suffrages). Force ouvrière et l'Unsa Aérien complètent le podium, la CFDT se classant cinquième. Le taux de participation s'élève à 70%.

Ce résultat résonne comme un désaveu pour la CGT en guerre contre la direction depuis le lancement, en 2012, du plan de restructuration "Transform", qui a déjà conduit à des milliers de suppressions d'emplois. Une stratégie contestataire manifestement peu plébiscitée par les quelque 50.600 électeurs appelés aux urnes s'est félicité le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur son compte twitter.

Avec la CFE-CGC et FO, la CFDT avait signé en novembre 2013 un plan de départs volontaires qui prévoyait d'accorder jusqu'à 18.000 euros, en plus de l'indemnité de base, aux personnels au sol candidats au départ.

"Un vote de crainte" pour l'avenir

Ces résultats traduisent "un vote de crainte" pour l'avenir "plus que de combat", a réagi Didier Fauverte, secrétaire général CGT du Comité central d'entreprise d'Air France. Dirigée depuis peu par Philippe Martinez, la CGT enchaîne les revers électoraux dans les grandes entreprises françaises: - 3 points à La Poste, - 4 points à EDF. La Centrale recule aussi à la SNCF et chez Orange, où elle a été détrônée par la CFDT, du jamais-vu.

Une érosion spectaculaire mais qui ne date pas d'hier selon l'historien des syndicats Stéphane Sirop.

Chez les pilotes, le SNPL - à l'origine du mouvement de grève de deux semaines en septembre - reste largement en tête (65,37%) même s'il baisse de près de 6 points. Le Spaf en revanche progresse de près de 10 points (20,76%). L'ensemble des syndicats représentatifs seront reçus lundi par la direction d'Air France pour discuter du nouveau plan de restructuration, Perform 2020. En 2014, Air France-KLM a accusé une perte nette de 198 millions d'euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.