Depuis le 1er janvier 2016, la loi Eckert oblige les banques à fermer les comptes inactifs depuis dix ans.

Exemple d'un Livret A.
Exemple d'un Livret A. © AFP / CITIZENSIDE / GERARD BOTTINO / CITIZENSIDE

Au total, ce sont 5,3 millions de Livrets A qui ont été fermés en 2016 par les banques. Net d'impôt et disponible à tout moment, le placement préféré des Français est en chute libre depuis l'année dernière. Avec son taux d'intérêt de plus en plus bas, 0,75%, ils n'en possèdent "plus que" 55,8 millions.

Pourquoi ?

Depuis le 1er janvier 2016 et la loi Eckert, les banques sont dans l'obligation de détecter les comptes inactifs : ceux où ni dépôt ni retrait n'a été effectué depuis dix ans. Souvent des comptes oubliés par des personnes âgées ou des placements pour des petits enfants finalement laissés tels quels. Ces livrets en déshérence se trouvent principalement dans les Caisses d'épargne ou à la Banque Postale, puisque jusqu'à 2009, elles avaient le monopole du Livret A.

Le compte, abandonné, est donc clôturé dans le but de lutter contre une vieille accusation faites aux banques : celle de ne pas toujours tout mettre en œuvre pour retrouver les héritiers ou les ayants droits du Livret A et de garder ainsi l'argent au chaud pour améliorer leurs liquidités.

Près d'un milliard d'euros oublié

Au final, la totalité de ces livrets délaissés renfermaient 977 millions d'euros soit près d'un milliard. Si vous êtes concernés, pas de panique. L'argent est transféré à la CDC, la Caisse des Dépôts et Consignations mais les fonds restent à la disposition des propriétaires pendant une durée de dix ans. En revanche, si le client ne se manifeste pas, le contenu du Livret A deviendra la propriété de l'État.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.