Après une augmentation générale d'un euro le 1er mars dernier, le prix moyen du paquet semble avoir fait décrocher la consommation de tabac en France (près de 20 % de ventes en moins au mois de mars). Ce 30 avril, les prix de certaines marques vont à nouveau augmenter. Et ainsi de suite, jusqu'en 2020.

En France, 80 % du prix du tabac est constitué de taxes
En France, 80 % du prix du tabac est constitué de taxes © AFP / Christophe Simon

Car c'est l'objectif du gouvernement : que le prix moyen du paquet, aujourd'hui aux alentours de 8 euros, passe à 10 euros d'ici deux ans. Un objectif de santé publique progressif, avec des hausses successives des taxes sur le tabac dans les prochains mois, qui pousser mécaniquement les fabricants à augmenter leurs prix.

C'est la stratégie appliquée depuis plusieurs années par les gouvernements successifs : convaincre les fumeurs d'arrêter en visant le portefeuille. Une stratégie plus ou moins efficace selon les situations, avec un effet visible lorsque la hausse est importante et rapide, et un effet bien plus réduit quand la hausse est étalée dans le temps.

Celle, particulièrement importante (1 euro de plus en moyenne), du mois dernier a en tout cas eu un impact important sur les ventes chez les buralistes : 19,80  % en moins en mars (contre une baisse bien plus modeste de -4,42  % en février). Une tendance qui devrait se confirmer avec la hausse de certaines marques ce 30 avril.

Mais "baisse des ventes" ne veut pas forcément dire "baisse de la consommation". Les marchés parallèles (notamment le commerce transfrontalier), moins coûteux, deviennent plus attractifs. Tout en étant, par définition, invisibles dans les statistiques sur les ventes (qui se limitent à celles des buralistes en France). Difficile donc d'évaluer le réel impact de ces politiques successives... Même si la baisse semble significative.

Aujourd'hui en France, le prix d'un paquet de cigarettes est constitué à 80 % de taxes. Les buralistes en touchent un peu moins de 9 %, les fabricants un peu plus de 11 %.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.