C'est la conclusion choc d'un rapport présenté jeudi par l'Office européen pour la propriété intellectuelle. Au total, les gouvernements nationaux se retrouvent privés de 16,3 milliards d'euros de recettes fiscales chaque année à cause de ce fléau.

Des produits contrefaits saisis en cours de destruction
Des produits contrefaits saisis en cours de destruction © AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Certains secteurs économiques sont plus exposés que d'autres à la contrefaçon et au piratage, mais des vêtements aux bijoux, en passant par les jouets et même la pharmacie, la contrefaçon représente près de 100 milliards d'euros de manque à gagner annuel pour les entreprises européennes. Conséquence : moins de bénéfices, donc moins d'impôt sur les bénéfices. Et donc moins de rentrées fiscales pour les États. 

Mais au-delà des profits commerciaux, il y a aussi un coût social. Près de 470 000 emplois seraient perdus sur l'ensemble du continent du fait de la contrefaçon. Les objets dupliqués à l'infini ne représentant aucun investissement productif dans les entreprises.

Le constat fait par l'Office européen pour la propriété intellectuelle est sans appel. Il se veut surtout pédagogique. Notamment en direction des plus jeunes 41% des jeunes de 15 à 24 ans jugent "acceptable" d'acheter des faux produits quand le prix des produits authentiques ou originaux est trop élevé. En particulier lorsqu'il s'agit de films et de musique.

Les pertes liées à la contrefaçon
Les pertes liées à la contrefaçon / EUIPO
Les secteurs les plus touchés par la contrefaçon
Les secteurs les plus touchés par la contrefaçon / EUIPO
Les pertes liées à la contrefaçon dans l'UE
Les pertes liées à la contrefaçon dans l'UE / EUIPO
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.