Camion de la Croix rouge
Camion de la Croix rouge © Max PPP

L'association s'est rendue coupable de 3.800 infractions à la législation sur le temps de travail en 2014 dans son siège parisien, pointe un rapport de l'inspection du travail. En cause "l'inorganisation totale du travail", selon les syndicats.

Les dérapages dans l'organisation du travail durent depuis des mois, explique Eric Laurent, le délégué CFE-CGC, syndicat majoritaire à la Croix Rouge. Au siège de l'association à Paris, certains commencent à 7 heures et terminent à 20 heures.

Une salariée a expliqué à France Inter que durant les premiers mois de l'année, elle a travaillé l'équivalent d'une semaine de plus par mois. Sans compensation.

Alors, après avoir avoir sollicité la diction durant un an et demi, le syndicat a fait appel à l'Inspection du travail expliqueEric Laurent, délégué syndical CFE-CGC

0'27

Les syndicats de la Croix Rouge sont étonnés

La loi prévoit 11 h de repos entre deux journées de travail. Régulièrement, ce n'est pas respecté. "On connait presque tous les cas de figure possible", explique Eric Laurent. "Des journées de travail trop longues : plus de 10h de travail, et des semaines trop chargées. Plus que des problèmes de sous effectifs, le syndicaliste parle de manque d'efficacité, de manque d'organisation . "C'est un peu dans les gènes de cette maison", dit-il.

A la tête de la Croix Rouge, on ne voit pas les choses de la même façon :

Des heures supplémentaires, oui, il y en a, mais pour sauver des vies. Nos missions demandent mobilisation et disponibilité de nos salariés.

Pour Philippe Cafiro, le Directeur des ressources humaines, la Croix Rouge a peut-être été emportée par sa mission en oubliant les horaires de travail

0'32

DRH Croix Rouge

Coté syndicat, on explique qu'il faut maintenant régler le préjudice subi par les salariés. Des négociations avec la direction sont prévues en juin. Il y a eu 3 800 infractions. Si on compte 750 euros par infraction, on arrive quasiment à un risque d'amende de 3 millions d'euros pour la Croix Rouge. Sans compter les heures supplémentaires qui seront éventuellement réclamées par les salariés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.