La Grèce semble avoir gagné son pari : Athènes a réussi à convaincre ses créanciers privés d'effacer l'ardoise pourtant colossale de près de 100 milliards d'euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.