Rotor d'hélicoptère
Rotor d'hélicoptère © CC CpaKmoi

Les exploitants d'hélicoptères sont en colère. Depuis mardi, une nouvelle réglementation européenne leur interdit le transport de passagers en hélicoptères monomoteurs au dessus des zones habitées, ne disposant par d'aires d'atterrissage d'urgence.

On parle aussi bien des hélicoptères de transports d’hommes d’affaire, des vols touristiques, que des vols pour aller réparer une ligne à haute tension. Des déplacements qui se font, la plus part du temps, au-dessus de zones habitées, donc qui tombent sous le coup de la directive. Mais voler avec des engins bimoteurs est, par contre, autorisé.

Des dispositions prévues, à priori, pour améliorer la sécurité, mais qui menacent l'activité des héliports en France et même toute la filière, car plus de 85 % des 450 appareils en service en France sont des monomoteurs, explique Dominique Orbec, président de l'Union française de l'hélicoptère. Selon l'UFH, c'est toute une profession qui est menacée, soit 1800 emplois.

Le reportage de Benjamin Illy à l'Héliport de Paris-Issy-les-Moulineaux

La directive handicapera gravement la filière française mais pas seulement. Partout en Europe, c'est un tollé car, comme en France, les monomoteirs sont majoritaires. L'objectif des exploitants européens est maintennt d'obtenir un délai afin d'assouplir la réglementation et de mieux définir ce qu'est un "un environnement habité".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.