L'île de la Dominique, 73 000 habitants, a été très fortement touchée par le passage mardi de Maria, classé en catégorie 5, avec des vents jusqu'à 260km/h.

Maria est le second ouragan de très forte puissance à balayer les Antilles ce mois-ci.
Maria est le second ouragan de très forte puissance à balayer les Antilles ce mois-ci. © AFP / HO / NOAA/RAMMB

Jamais depuis 1851, l'année des premiers relevés météo archivés, la Dominique n'avait été frappée par un ouragan de catégorie 5. Mais après le passage, dans la nuit de lundi à mardi, de Maria, les premiers dégâts constatés sont colossaux.

► LIRE AUSSI | L’ouragan Maria balaie les Antilles

Sur Facebook, le Premier ministre de l'île, Roosevel Skerrit, a lancé un appel à l'aide "de toute nature". "Les vents ont emporté les toits de presque toutes les personnes auxquelles j'ai parlé ou été en contact, déplore-t-il, estimant que les habitants de la Dominique ont perdu tout ce qui pouvait être perdu".

Pour l'heure, aucune victime n'a été déclarée, mais les autorités locales redoutent des dommages considérables. Depuis cette nuit, les 73 000 habitants de l'île sont quasiment coupés du monde.

Depuis la Martinique où les dégâts matériels sont "peu importants" et où deux blessés "très légers" sont recensés, les secours s'organisent pour venir en aide aux îles voisines. Depuis Paris, le directeur général de la Sécurité civile a précisé le départ ce mardi de 565 militaires. Un second renfort devrait suivre, composé d'une centaine de militaires et "de sapeurs-pompiers spécialisés dans les opérations de déblaiement" a précisé Jacques Witkowski, qui annonce la préparation d'une "reconnaissance aérienne effectuée par un hélicoptère de la Sécurité civile".

Si la Dominique le demande, ajoute Jacques Witkowski, des secours pourront être envoyés sur l'île depuis la Martinique.

Dominique, une "île bio"

Située entre les îles guadeloupéennes des Saintes et de Marie-Galante au nord et de la Martinique au sud, l'île de Dominique est une ancienne colonie britannique. Elle a longtemps abrité les Indiens caraïbes après leur fuite du Venezuela, profitant du territoire escarpé et de la végétation offerts par les 750km² de l'île, avant d'être disputée par la Grande-Bretagne et la France. Cette dernière a d'ailleurs occupé temporairement l'île par deux fois avant que Dominique n'acquière son indépendance en 1978.

République démocratique, la Dominique élit son président par le biais du parlement, pour un mandat de cinq ans. La population se concentre essentiellement sur la côte ouest de l'île, à Roseau la capitale, avec 24 000 habitants et à Portsmouth au nord du territoire. La côte est est particulièrement réservée aux 3 000 indiens qui demeurent sur l'île.

Contrairement à Saint-Barthélémy qui se concentre sur le tourisme de luxe, Dominique cherche à développer l'écotourisme, après avoir connu plusieurs crises économiques liées aux catastrophes climatiques et aux crises de marché, mettant en péril les productions agricoles du pays.

L'île a été récompensée par la certification Green Globe 21, une première dans les Antilles, et veut devenir une île entièrement biologique, entre écotourisme, agrotourisme et agriculture biologique exclusivement, avec un fort développement du commerce équitable et de la consommation raisonnée de ressources naturelles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.