Depuis la fin de l'encadrement des loyers en 2017, les prix des loyers des locations ont bondi à Paris selon une étude de l'association de consommateurs CLCV

Le prix des locations s'est envolé à Paris depuis la fin de l'encadrement des loyers
Le prix des locations s'est envolé à Paris depuis la fin de l'encadrement des loyers © AFP / Fred de Noyelle

Les prix des locations se sont envolés à Paris depuis l'annulation par la justice de l'encadrement des loyers fin 2017, selon une étude de l'association de consommateurs CLCV rendue publique ce mercredi et que France Info a pu consulter. 

Plus d'un loyer sur deux dépasse désormais l'ancienne limite fixée, selon l'association qui a passé en revue plus d'un millier d'annonces immobilières dans la capitale. L'an dernier, quatre loyers sur 10 dépassaient le montant autorisé par la loi Alur de mars 2014. Depuis la fin de l'encadrement, le nombre de loyers conformes a chuté de 13 % en six mois, après trois ans de stabilité. 

"Les propriétaires se sont senti pousser des ailes", analyse Jean-Yves Mano, le président de la CLCV. 

L'association de consommateurs a constaté "des dépassements significatifs moyens de 1 530 euros par an et avec des cas extrêmes, dans le XXe arrondissement, des dépassements de 450 euros par mois, soit près de 5 400 euros par an". "60 % des petits logements ont des loyers au-dessus de ce qui devrait être la règle", ajoute Jean-Yves Mano. 

Moins de 40 % des logements ont un loyer conforme à l'ancien encadrement

Que la location se fasse par le biais d'une agence ou entre particuliers, le constat est le même : les logements loués par une agence étaient à 77 % au bon tarif l'an dernier, ils sont 20 % de moins à l'être cette année. Du côté des particuliers, moins de 40 % des logements ont un loyer conforme à l'ancien encadrement.                      

Le projet de loi Élan (Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique), débattu cette semaine par les sénateurs, doit permettre le retour de l'encadrement des loyers. 

Mais le président de la CLCV regrette qu'une expérimentation de cinq ans soit nécessaire avant de généraliser l'encadrement. "Pendant cinq ans, qu'est ce qui va se passer ? Les loyers vont augmenter. Une fois qu'ils auront augmenté, on considérera qu'il est grand temps de les encadrer. Tout ceci est un peu aberrant", juge Jean-Yves Mano, qui demande l'application de l'encadrement des loyers à toutes les zones tendues.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.