En 10 ans, le nombre de sac à usage unique est passé de 12 milliards à 700 millions
En 10 ans, le nombre de sac à usage unique est passé de 12 milliards à 700 millions © maxppp

La loi sur la transition énergétique a signé la fin des sacs plastiques à usage unique. Au grand dam de la fédération du commerce et de la distribution.

Celle-ci estime que la mesure va entrainer un surcoût de 300 millions d’euros pour les commerçants. Les professionnels de l'emballage plastique sont moins alarmistes. Ils mettent plus d'un million de tonnes d'emballages plastiques ménagers sur le marché chaque année. Et des solutions existent pour les rendre plus vertueux.

En 10 ans, le nombre de sac à usage unique est passé de 12 milliards à 700 millions

Les professionnels du secteur estiment avoir déjà fait assez d'efforts en faisant "maigrir" les emballages plastiques de 40.000 tonnes en cinq ans. Le pot de yaourt, par exemple, a perdu 17% de son poids. En 10 ans, le nombre de sac à usage unique est passé de 12 milliards à 700 millions. Leur interdiction, prévue en 2016, laisse du temps pour trouver des solutions de remplacement.

"Ce que nous voulons, c'est développer des sacs fruits et légumes biodégradables et compostables ", explique Françoise Gérardi déléguée générale d'Elipso, le syndicat des entreprises de l'emballage plastique.

La profession veut également mettre l'accent sur le recyclage. Des expérimentations ont été lancées il y a trois ans. Comme l'explique Francis Pascal, en charge de l'environnement à Elipso. "On a déjà récupéré environ 30.000 tonnes. Si on ne peut pas recycler, on va utiliser le haut pouvoir calorifique de ces matériaux pour des industries qui réclament beaucoup d'énergie comme les industries cimentières. "

Environ 80% des emballages plastiques ménagers seraient recyclables.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.