royal carribean cruises commande un paquebot géant à stx france
royal carribean cruises commande un paquebot géant à stx france © reuters

Pour Pierre Moscovici aucun doute : le contrat du paquebot commandé aux chantiers navals de STX France respecte les règles européennes de concurrence.

"Nous avons tout fait pour sauver les chantiers de l'Atlantique dans le respect parfait des règles européennes", a dit le ministre de l'Economie et des Finances après un entretien à l'Elysée avec François Hollande. "Le gouvernement finlandais fera ce qu'il estime devoir faire."

Le gouvernement finlandais a en effet annoncé vendredi qu'il allait demander à la Commission européenne de vérifier si les règles de concurrence avaient été respectées.

L'Américain Royal Caribbean International, numéro deux mondial de la croisière, a choisi STX France, à Saint-Nazaire, aux dépens des chantiers STX de Turku en Finlande, avec lesquels ils étaient en compétition.

Nathalie Durand-Prinborgne, est déléguée FO aux chantiers STX. Elle regrette que STX mette deux chantiers et deux pays en concurrenc.

Nathalie Durand-Prinborgne répond à Marion L'Hour

Le ministre finlandais de l'Economie, Jan Vapaavuori, a émis des doutes sur la manière dont les autorités françaises, qui détiennent 33% de STX France, ont pu favoriser l'accord grâce à d'éventuelles aides d'Etat. "Il est clair que nous allons prendre langue à la fois avec la Commission européenne et avec l'Etat français pour nous assurer qu'ils n'ont pas utilisé des aides d'Etat interdites", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement finlandais, qui s'est énormément impliqué dans le dossier, a refusé à trois reprises d'accorder un prêt de 50 millions d'euros à STX Finlande pour ne pas enfreindre la loi, a souligné le ministre.

A la place du prêt, l'Etat finlandais avait débloqué 28,3 millions d'euros de soutien à l'innovation pour les chantiers de Turku.

Dans quelles conditions les autorités nationales peuvent-elles soutenir une entreprise ?

Les explications de Grégoire Lory

Jean-Marc Ayrault a assuré vendredi que son gouvernement avait multiplié les contacts avec STX pour remporter le contrat, lui-même ayant reçu le président de l'entreprise sud-coréenne il y a huit jours environ.

La construction du navire, long de 361 mètres, devrait débuter en septembre 2013 et sa livraison est programmée dans le courant de l'année 2016, assurant la pérennité du site de Saint-Nazaire.

Une option sur un deuxième paquebot livré en 2018 a également été posée par le groupe spécialisé dans les croisières, ce qui permet d'assurer la poursuite des activités dans des chantiers navals qui n'avaient plus de commande.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.