Des hélicoptères de combat Gazelle en démonstration.
Des hélicoptères de combat Gazelle en démonstration. © MaxPPP / Arnaud Beinat

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian, en visite à Ryad, vient de finaliser ce dimanche la signature d’un accord avec son homologue saoudien. L’Arabie saoudite s’est engagée à verser 3 milliards de dollars pour armer le Liban.

La commande est finalisée. Les premières livraisons d’armes par la France à Beyrouth sont évoquées pour ce premier trimestre 2015. Si l'accord sur la livraison d'armes avait déjà été paraphé le 15 décembre à Beyrouth, le déblocage des fonds a été signé ce dimanche par le ministre des Affaires étrangères français et le prince héritier Salmane ben Abdelaziz Al Saoud.

Les précisions de Clarence Rodriguez, à Ryad.

L’Iran chiite, qui soutient le Hezbollah libanais, avait pourtant proposé un milliards de dollars à Beyrouth pour renforcer son armée, alors que le pays est en proie à la menace de l’Etat Islamique. Mais c’est finalement l’Arabie Saoudite sunnite qui a triplé la mise : sur les 3 milliards, 2,1 milliards seront utilisés pour acheter du matériel, 900 millions pour l’entretien et la formation, sur les dix prochaines années.

►►►LIRE AUSSI | Des armes françaises au Liban ?

La livraison française, qui s’étalera sur trois ans comprend notamment 7 hélicoptères Gazelle munis de missiles anti-char téléguidés, et 7 hélicoptères Puma, des véhicules blindés, de l’artillerie lourde, des patrouilleurs armés, et des drones.

Le ministère de la Défense français indique que « l’Arabie saoudite a représenté 40% des prises de commandes d’armement français en 2014 (4 milliards d’euros). Les contrats d’armement ont représenté 60% des grands contrats signés par la France dans ce pays. »

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.