Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé ce lundi sur France Inter qu'il prévoyait une croissance du PIB de 1,7% pour l'année 2018, une croissance moins forte que prévu face à une dette qui flirte avec les 100 %. Par rapport au reste de l'Europe, la France est en queue de peloton.

Le siège de la Banque de France, à Paris
Le siège de la Banque de France, à Paris © AFP / Philippe Lopez

Face à ses voisins européens, la France apparaît en queue de peloton pour ce qui est de la croissance du PIB. Après une croissance de 0,2% aux premier et deuxième trimestres, la Banque de France a confirmé ce lundi sa prévision de 0,4% au troisième trimestre. Pourtant, au dernier semestre de 2017, le gouvernement a bénéficié d'un coup de booster : +1,4%, en ligne avec le reste de la zone Euro, soit un rythme un peu plus élevé que l'Allemagne. 

Mais depuis le début de l'année, la croissance française ralentit nettement, avec à peine 0,4% au premier semestre 2018. C'est deux fois moins que la zone euro. Un trou d'air que l'Allemagne, l'Espagne ou les Pays-Bas ne connaissent pas : ailleurs, le moteur économique continue à peu près au même rythme. 

La consommation en berne

Pourquoi une telle différence ? D'abord, il faut regarder la consommation des ménages, fer de lance de la croissance française. Or, celle-ci montre des signes de faiblesse, en raison notamment de l'inflation qui repart, dans la foulée de la forte hausse des prix du pétrole. Il y a aussi la fiscalité, avec l'augmentation des taxes sur le carburant ou le tabac depuis le 1er janvier.

Dans le même temps, les mesures fiscales du gouvernement, et notamment la suppression des cotisations chômage et maladie sur les salaires, ne feront sentir leurs effets pleinement qu'en fin d'année. Toutefois, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire réfute toute erreur de politique économique, et appelle à juger la stratégie du gouvernement sur le long terme. Mais pour certains économistes, cela pourrait mettre du temps : il va falloir se montrer patient.

Comparez le taux de croissance de la France par rapport aux autres pays de l'Europe depuis dix ans :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.