Un euro grec
Un euro grec © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/ Alexandre MARCHI. / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/ Alexandre MARCHI.

La France et la zone euro pourraient-elles supporter la sortie de la Grèce de l'Euro ? Ce week-end, Athènes a décidé de rompre les négociations sur sa dette et a convoqué un referendum le 5 juillet sur les efforts d'austérité exigés par ses créanciers.

► ► ► À ÉCOUTER | Michel Sapin, invité du 7/9

La France serait immunisée contre un scénario catastrophe estiment certains économistes : depuis 2012, les banques françaises, comme la plupart des banques européennes, se sont débarrassées de leurs créances grecques . Un défaut grec pourrait cependant alourdir le budget de l'État : Si la Grèce ne peut assurer ses échéances, les pertes pour la deuxième économie de la zone euro dépasserait les 60 milliards. Les remboursements étant très étalés, il ne serait pas besoin d'augmenter automatiquement les impôts pour compenser.

Le risque à court terme serait plutôt de voir les taux d'intérêts repartir à la hausse . La France paierait alors davantage pour emprunter sur les marchés, ce qui ne faciliterait pas ses efforts pour réduire les déficits. Le précédent créé par le défaut de paiement d'un pays membre aurait des conséquence pour la zone euro qui perdrait la confiance des investisseurs. Face au risque de contagion, la banque centrale européenne, prêteur en dernier ressort, fait office de garantie ultime. Pour certains économistes, le vrai risque pourrait alors venir de l'extérieur, d'une rechute globale de l'économie à un moment où le système financier mondial est instable.

► ► ► À LIRE | Les banques grecques resteront fermées lundi

Les grandes dates de la crise grecque
Les grandes dates de la crise grecque © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.