85% des créanciers privés de la Grèce ont accepté d'effacer la dette. Le pays va donc pouvoir bénéficier de l'aide européenne promise par Bruxelles. Pour autant, l'économie grecque n'est pas redressée, loin s'en faut.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.