Roissy
Roissy © CC cercamon

Au quatorzième jour du conflit, le SNPL, le principal syndicat de pilotes de ligne, a décidé de lever la grève.Le retour à la normale dans les aéroports ne devrait pas s'effectuer avant deux ou trois jours.

Mais au-delà de la compagnie, le conflit a fait perdre de l'argent à d'autres groupes.

Le SNPL, a annoncé dimanche la fin d'une grève record, malgré l’échec des dernières discussions de la nuit dernière sur les conntrats de la filiale low cost Transavia France et l’exigence de nomination d’un médiateur, refusé par la compagnie et le gouvernement.

Pour Guillaume Schmid, le porte-parole du syndicat national des pilotes de ligne :

Les conditions du dialogue social ne sont aujourd'hui pas réunies, nous avons décidé de prendre nos responsabilités en levant le mouvement de grève et ensuite poursuivre les discussions dans un cadre plus serein.

Depuis le début de la grève, la compagnie a alerté sur sa situation devenue "extrêmement délicate", chaque jour de grève lui faisant perdre 20 millions d'euros, soit 280 millions au total.

Au-delà de la compagnie, ce conflit a pénalisé aussi d'autres entreprises

Aéroport de Paris est l'une des principales victimes de cette grève, car Air France est son premier client. Le groupe ADP perd donc de l'argent à cause des redevances aéroportuaires qui ne sont plus versées par la compagnie. Pour un Airbus A380, cette taxe s'élève à 1 700 euros à chaque décollage et à chaque atterrissage. Or depuis presque deux semaines, la moitié des avions d'Air France restent cloués au sol.

Ce conflit social a touché également les fournisseurs de la compagnie, à commencer par Servair, la filiale d'Air France qui s'occupe des plateaux repas et du nettoyage à l'intérieur des avions. Aujourd'hui, cette entreprise qui compte 10 000 salariés, tourne au ralenti. La direction de Servair a demandé à certains de ses employés de prendre des RTT ou des jours de congés.

Sans oublier les commerçants qui travaillent dans les aéroports notamment ceux de Roissy et Orly : les cafés, les restaurants, les boutiques ont perdu près de 30% de leur chiffre d'affaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.