Assemblée générale au studio 105
Assemblée générale au studio 105 © Radio France

Ce mardi est le 27e jour de grève à Radio France, la plus longue de l'histoire du groupe. Le médiateur a proposé un texte de départ et la ministre est venue lundi soir, par surprise, à la Maison de la radio, rencontrer les délégués syndicaux.

Lors de l'AG de ce matin, si les délégués syndicaux ne se disent pas satisfaits du texte du médiateur qu’ils jugent peu concret et bien en deçà de leurs attentes, ils mettent en balance cette déception avec le fait qu'en cas de signature de l'accord, le médiateur accompagnera l’entreprise durant trois mois pour l’élaboration du COM, le contrat d’objectifs et de moyens qui prévoit la suppression de 380 postes.

►►► LIRE AUSSI | L'Assemblée générale décisive

Le débat a donc été long ce matin, entre des délégués syndicaux qui poussaient doucement mais sûrement vers l'arrêt d'un mouvement - qui risqué de s'effilocher durant les vacances de printemps - et des grévistes, galvanisés par un si long conflit, qui ne voulaient pas céder un pouce de terrain.

L’Assemblée générale a été suspendue à midi pour que les délégués puissent consulter les personnels des 44 locales de France Bleu, concernés au premier chef par la volonté de la direction de supprimer une partie des émissions locales pour mettre en place un programme groupé.

Demande de prolongation de la médiation

A 15h, l'ambiance de l'AG était encore montée d'un cran. Les délégués syndicaux semblaient aussi plus déterminés après avoir pris le pouls des Locales. Ils ont également proposé d'écrire un courrier à la ministre de la Culture, pour lui demander que la médiation soit prolongée de 24 heures reconductibles, puis l'assemblée a voté la reconduite de la grève pour le 27e jour.

Intervention surprise de Fleur Pellerin

La réponse au courrier, Fleur Pellerin est venue l'apporter elle même à la Maison de la Radio, aux syndicats, en présence de Mathieu Gallet :

Son cabinet explique :

La ministre a pris l'initiative de se rendre à Radio France pour dire aux organisations syndicales que le texte du Médiateur posait les bases d'une sortie rapide du conflit. Et qu'il permettait d'engager, dans un deuxième temps, le travail pour les différentes réformes à conduire pour Radio France. Fleur Pellerin a tenu à souligner qu'elle se portait garante du dialogue social et du retour à la confiance.

Les syndicats, et notamment la CFDT, on trouvé les propos de la minstre "rassurants", tout en précisant que "ça ne préjuge pas de l'AG de demain à 15H00".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.