Au-delà du rêve, Nintendo c'est avant tout une entreprise, une multinationale présente partout dans le monde. C'est le leader dans son domaine, le premier éditeur de jeux vidéo mondial (le premier aussi dans son pays d'origine le Japon).

Une entreprise organisée stratégiquement et en accord avec sa politique depuis 30 ans : la clé du succès, c'est moins le matériel que le logiciel, moins la console que les jeux qui vont y être publiés. Car la grande force de Nintendo, c'est de produire ses principaux jeux, bref de maîtriser toutes les étapes de l'industrie vidéoludique. Par comparaison, Microsoft et Sony, les principaux concurrents, misent tout sur le matériel, délégant le jeu à une multitude de studios indépendants des deux géants (Ubisoft, Electronic Arts, etc.)

Nintendo mise donc principalement sur les contenus, y compris dans son organigramme. Sur les quatre unités de Recherche et développement (le pôle le plus prestigieux de l'entreprise), trois sont consacrées à concevoir des jeux. Dont l'unité "Nintendo Entertainment Analysis and Development", responsable des séries les plus vendues, comme Mario ou Zelda.

Mario et Yoshi ne sont pas les seuls "personnages" de Nintendo...
Mario et Yoshi ne sont pas les seuls "personnages" de Nintendo... © Nintendo

Une implantation mondiale

Nintendo possède des filiales dans de nombreux pays, plus ou moins stratégiques. La branche principale, Nintendo Co. Ltd, est basée à Kyoto, au Japon. Vient ensuite le pôle américain, Nintendo of America Inc., le deuxième plus important de l'entreprise. On peut enfin citer Nintendo of Europe, basée à Großostheim en Allemagne, qui comprend elle-même plusieurs subdivisions, dont une branche française à Cergy-Pontoise.

Ces subdivisions ont une conséquence directe sur les jeux, avec ce qu'on appelle le zonage. Impossible par exemple d'utiliser un disque de jeu japonais dans une console américaine, ou une cartouche européenne sur une 3DS nipponne. Un système qui permet de mieux contrôler la sortie d'un jeu dans tel ou tel territoire, par exemple pour adapter le contenu à chaque pays (traductions, mais aussi censure, en fonction des réglementations locales notamment sur la violence dans les jeux vidéo). Si ce zonage a toujours existé sur les consoles de salon de Nintendo (contrairement à certains concurrents), il est en revanche tout récent sur portable, avec l'arrivée de la 3DS.

Des "personnages" aux postes-clés

S'il y a des personnages célèbres des jeux Nintendo, la firme a aussi su mettre en valeur certains de ses dirigeants. Shigeru Miyamoto, par exemple, est quasiment devenu un symbole pour les joueurs. L'homme qui a créé (entre autres) la série des Mario ou des Zelda apparait régulièrement dans des évènements publics, notamment pour présenter les nouveautés de Nintendo. C'est lui qui, le premier, a joué au tennis sur la Wii lors de sa première présentation. Lui encore qui a dévoilé les derniers épisodes de Zelda devant un parterre de fans. Autre personnage très indentifié, le président de Nintendo Satoru Iwata. Il présente désormais en personne les dernières productions de Nintendo aux joueurs. Les possesseurs de Nintendo 3DS l'ont même vu débarquer sous forme de Mii (un personnage virtuel représentant le joueur) dans leur console le jour du premier anniversaire de la console.

Car la firme essaie de développer un lien quasi personnel avec les joueurs. Le fait d'avoir des personnalités fortes au sein de son organigramme permet de donner un côté plus humain. Les fans de NIntendo savent identifier au premier coup d'oeil Shigeru Miyamoto, Satoru Iwata ou Reggie Fils-Aime (directeur de Nintendo of America). D'ailleurs, le 17 novembre dernier, 24 heures avant le lancement de la Wii U aux États-Unis, ce dernier est même allé à la rencontre des joueurs dans la file d'attente devant le Nintendo World Store, au coeur de New-York.

Bref, c'est un peu comme si Steve Jobs venait saluer en personne la file d'attente pour le nouvel iPad... Ou si Mick Jagger échangeait quelques accords avec les fans avant le début d'un concert des Stones.

Un chiffre d'affaires en baisse

Pourtant le géant ne va pas si bien. Cette année, Nintendo a enregistré de fortes pertes : une première en 30 ans d'existence. Le chiffre d'affaires a baissé de 36% entre mars 2011 et mars 2012 (source : PCInpact). Une chute dûe à plusieurs facteurs. Du côté des consoles de salon d'abord : la Wii a beau avoir été un succès phénoménal (c'est la console la plus vendue de l'histoire de l'entreprise), elle arrive en fin de vie, après six ans de bons et loyaux services. Du côté des portables, Nintendo a raté le lancement de la 3DS l'année dernière : trop chère, la console ne s'est pas vendue aussi bien que prévu. Obligeant même la firme à casser son prix six mois à peine après sa sortie. Mécaniquement, cela a eu un impact sur le chiffre d'affaires.

La Wii U doit donc servir à relancer la machine. Nintendo table sur une nouvelle augmentation de son chiffre d'affaires en mars prochain, après la sortie de sa nouvelle console et surtout après la période des fêtes, particulièrement propice dans son domaine. Objectif : vendre six millions de Wii U dans les six mois à venir. Environ 400.000 exemplaires sont déjà partis aux États-Unis, une semaine après le lancement américain de la console. Pour Nintendo, la partie commence bien...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.