[scald=212703:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La prévision de croissance économique de la France pour 2013 est à revoir après l'annonce d'une croissance nulle en 2012, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, jugeant qu'il faudra en conséquence avoir une réflexion européenne sur l'équilibre déficit-croissance.

"La croissance 2013 devra être repensée", a-t-il dit sur France 2. Le gouvernement prévoit +0,8%, soit bien plus que les économistes et les institutions internationales.

"La question qui est posée, c'est celle du rythme" de l'ajustement budgétaire, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement a reconnu pour la première fois mercredi que l'objectif de réduction du déficit à 3% du PIB fin 2013 ne serait pas atteint en raison d'une croissance trop faible.

"La Commission européenne peut décider de nous accorder un délai" pour y parvenir, a ajouté Pierre Moscovici. Les nouvelles prévisions de la Commission pour la France et ses commentaires sur le redressement budgétaire dans le pays sont attendus le 22 février.

Selon le ministre de l'Economie, "il faut une vraie réflexion européenne sur quel est l'équilibre entre réduction des déficits et recherche de la croissance".

L'économie française s'est contractée de 0,3% au quatrième trimestre 2012 après une croissance confirmée à 0,1% au troisième trimestre, selon les premiers résultats des comptes nationaux trimestriels publiés jeudi par l'Insee.

Sur l'ensemble de 2012, elle enregistre une croissance moyenne nulle, alors que le gouvernement tablait sur +0,3%. (voir )

"La situation n'est pas bonne, ce sont des chiffres préoccupants", a ajouté Pierre Moscovici.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yann le Guernigou

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.