Alors que le projet de budget pour 2019 est rééxaminé par la commission des finances de l'Assemblée, la promesse faite par Emmanuel Macron d'accorder cent euros aux salariés du Smic donne des sueurs froides aux techniciens du ministère des Finances, déjà chargé d'éviter les dérapages.

Lundi, Emmanuel Macron a promis une prime de 100 euros aux salariés qui touchent le Smic
Lundi, Emmanuel Macron a promis une prime de 100 euros aux salariés qui touchent le Smic © Getty / Ulrich Baumgarten / Contributeur

La crise des "gilets jaunes" n'est pas finie, qu'il est déjà l'heure de faire les comptes. Le projet de budget pour 2019 va revenir ce vendredi devant la commission des finances de l'Assemblée, avant la seconde lecture la semaine prochaine. 

Les mesures de relance du pouvoir d'achat (10 milliards d'euros) devraient propulser le déficit public au-delà des 3%. Sans compter les interrogations autour des différentes mesures annoncées en début de semaine par Emmanuel Macron, qui n'ont toujours pas été arbitrées, puisqu'un projet de loi sera présenté en conseil des ministres mercredi prochain et débattu par le parlement dans la foulée. Parmi les interrogations, la mise en oeuvre du geste sur le smic devenu un véritable casse-tête.

Accorder la prime aux deux millions de smicards

Pour augmenter de 100 euros le smic, le plus simple serait d'augmenter le salaire minimum de 100 euros, sauf qu'Emmanuel Macron l'a promis, les entreprises ne doivent pas débourser un euro de plus. Le gouvernement veut donc agir sur la prime d'activité. 

Problème : tous les smicards ne la touchent pas : le versement de cette prime est conditionné au revenu de l'ensemble du foyer, il dépend donc aussi des revenus du conjoint. Au final, seul 1/3 des 2 millions de salariés au smic profiteraient de la mesure…alors que le gouvernement veut que tous puissent en bénéficier.

Plusieurs pistes à l'étude 

Pour que tous les salariés au niveau du smic soient concernés, plusieurs pistes sont à l'étude, par exemple un chèque versé par les caisses de l'Ursaff à tous les salariés au smic : une mesure techniquement compliqué à mettre en oeuvre d'ici le 1er janvier. 

Autre piste évoquée : simplifier les conditions d'accès de la prime d'activité. Mais quid de ceux qui ont des employeurs multiples, les temps partiels ou ceux qui gagnent un peu plus que le smic ? 

Le dispositif est d'autant plus difficile à calibrer que la mesure doit s'appliquer dès le mois de janvier, et qu'elle doit être, de préférence, directement versée sur le compte en banque pour éviter qu'elle ne soit rendue invisible par le prélèvement à la source. 

À Bercy, c'est la quadrature du cercle, quitte à faire exploser le chéquier : la dépense, pourrait même, selon un ministre, dépasser les 14 milliards d'euros : "Dans les moments de crise, le chiffrage est secondaire, c'est le prix à payer, pour ne pas mourir en bonne santé". 

Les hausses du SMIC depuis 2010
Les hausses du SMIC depuis 2010 © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.