bernard tapie dit être "exécuté" avant d'être condamné
bernard tapie dit être "exécuté" avant d'être condamné © reuters

Après seulement 6 mois de partage des journaux du Sud, les groupes Hersant Media (GHM) et Bernard Tapie (GBT) ont annoncé aujourd'hui un projet de cessions croisées de parts dans les quotidiens régionaux. Bernard Tapie devient propriétaire à 100% de La Provence.

Depuis janvier, le Groupe Hersant Media, propriétaire de la Provence, était possédé à 50% par Bernard Tapie, ce qui avait signé l'irruption de l'homme d'affaires dans le quotidien phare de Marseille et de sa région.

L'union des deux groupes a visiblement fait long feu et, selon un communiqué, un partage a été décidé : au groupe Hersant Media, Nice-Matin , Var-Matin et les journaux des Antilles ; à Bernard Tapie, La Provence . Le seul trait d'union entre les deux ex-associés reste le titre Corse-Matin , partagé à 50/50.

Ce projet de reprise de La provence sera soumis à la procédure de d'information-consultation des instances représentatives du personnel concernées. Une première réunion du comité d'entreprise est convoqué le 23 juillet.

Divergences

La fin prématurée de l'actionnariat paritaire entre le groupe Hersant et Bernard tapie pose la question d'éventuelles divergences dans la gestion de ces titres.

Les explications d'Alexandra Ackoun

Le 1er juillet, la section du Syndicat national des journalistes (SNJ) de La Provence avait dénoncé une "inertie coupable" , sans doute liée à de multiples désaccords.

Pour le groupe Hersant, cette décision est surtout un réaménagement qui concentre ses efforts :

La direction de GHM souhaite poursuivre le redressement engagé et le développement des titres de ses pôles outre-mer (France Antilles Martinique, France Antilles Guadeloupe, France Guyane) et Alpes-Côte d'Azur (Groupe Nice Matin).

Inquiétude des syndicats

Selon GHM, La Provence et ses filiales emploient 800 collaborateurs, dont 200 journalistes, pour une diffusion à 115.000 exemplaires.

Du côté syndical, on déclarait lundi à La Provence avoir eu connaissance "de manière un peu particulière" de la modification de la structure du capital.

"Nous avons très peu d'éléments" , a déclaré Carole Barletta, délégué SNJ au comité d'entreprise, selon qui Bernard Tapie et le directeur général de Hersant Media, Dominique Bernard, participeront au CE extraordinaire de mercredi.

D'ici là, nous allons dresser une liste de questions. La principale est de savoir si Bernard Tapie est en capacité de faire le chèque nécessaire pour financer le plan de développement qui doit être présenté à la rentrée.

Pour rappel, la justice a ordonné la saisie d'une partie biens de Bernard Tapie dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage controversé de son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas, sans se prononcer sur la demande de saisie des parts de l'homme d'affaires dans les journaux rachetés par l'homme d'affaires.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.