la commission des affaires sociales du sénat rejette la réforme des retraites
la commission des affaires sociales du sénat rejette la réforme des retraites © reuters

Les Sénateurs se penchent à partir d'aujourd'hui sur la réforme des retraites. Sauf surprise, ce texte, voté avec difficultés par l'Assemblée nationale, devrait être rejeté.

Le groupe socialiste ne dispose pas à lui seul de la majorité et le gouvernement a besoin des voix RDSE (à majorité PRG), écologistes et communistes pour faire passer ses textes.

Déjà, après l'avoir complètement remanié, la commission des Affaires sociales du Sénat s'est prononcé contre ce projet qui prévoit notamment l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans et l'instauration d'un compte pénibilité.Le patron des sénateurs PS, François Rebsamen, a bien conscience que cela va être dur. Il répond à Carine Bécard

Un projet critiqué

Le gouvernement s'entête à faire peser l'essentiel du coût de sa réforme sur les salariés en allongeant la durée de cotisations. Nous leur proposerons pour notre part de taxer les revenus financiers et la spéculation - Dominique Watrin, l'orateur communiste

A droite, le groupe UMP, qui votera contre, dénonce "le manque de réforme structurelle et la sous-évaluation du financement qui ne permet pas de garantir l'avenir du système par répartition ". Il estime que le "projet ne règle qu'un tiers des besoins en financement évalués à 20,7 milliards d'euros en 2020 ".S'agissant du volet pénibilité, les sénateurs UMP affirment que "cette réforme fondée sur des considérations de justice n'aboutit en fait qu'à une usine à gaz coûteuse car non maîtrisée ".

Les députés auront le dernier mot

Si elle n'est pas votée, la réforme des retraites reviendra en nouvelle lecture à l'Assemblée nationale. Le 15 octobre dernier, le projet de loi avait été adopté de justesse, avec les seules voix des socialistes (270 pour, 249 contre et 49 abstentions). Mais 17 députés, membres de l'aile gauche du PS, se sont abstenus, tout comme les écologistes et les radicaux de gauche, les deux partenaires du PS dans la majorité. Les élus UMP, UDI, FN et Front de gauche ont voté contre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.