Les manifestants bretons ont envahi la sous-préfecture de Morlaix
Les manifestants bretons ont envahi la sous-préfecture de Morlaix © Maxppp / Claude Prigent

Stéphane Le Foll s'est engagé à rencontrer le commissaire européen à l'Agriculture, avec des représentants de la filière, pour réclamer le retour d'aides à l'export supprimées en juillet. Il répond ainsi aux revendications des salariés de Tilly-Sabco.

Il faut dire qu'environ 200 salariés de l'entreprise agroalimentaire en difficulté, deuxième exportateur de poulets français, ont occupé cette nuit la sous-préfecture de Morlaix pour réclamer le retour de ces aides.

Les manifestants, portant les désormais traditionnels bonnets rouges (mais dont l'action n'est pas directement liée à l'écotaxe), ont détruit la grille d'entrée du bâtiment avec un tractopelle pour pénétrer dans la cour où ils ont allumé des feux.

Le reportage sur place de Valérie Le Nigen.

Le préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine, avait prévenu rapidement que cette occupation ne serait pas tolérée longtemps. "On va continuer la discussion avec ceux qui sont sur place et l'appel à la raison. Mais une situation de blocus prolongée ne serait pas tolérable". Peu de temps après, ils levaient le camp suite à l'engagement de Stéphane Le Foll.

Des aides quasi franco-françaises

Tilly-Sabco a annoncé la semaine dernière qu'à partir de janvier, l'entreprise cesserait son activité de poulet export, qui représente 90% de son chiffre d'affaires. Cette décision menace un millier d'emplois, selon elle.

La France se taillait la part du lion dans les aides européennes supprimées en juillet : elle en absorbait 93,7% (sur un budget total de 55 millions d'euros en 2012-2013). La Commission avait justifié leur suppression par la baisse des cours des aliments pour les volailles et les bonnes perspectives d'exportation vers les pays tiers à l'Union européenne.

Mini-tempêtes bretonnes

La région est toujours une épine dans le pied du gouvernement français depuis plusieurs jours. D'abord avec la révolte contre l'écotaxe, finalement suspendue sine die . Une révolte qui a également mis en lumière le système mis en place pour récolter ce nouvel impôt.

POUR ALLER PLUS LOIN > Les portiques écotaxe, un scandale d'Etat ?

Des salariés de Marine Harvest, numéro 1 mondial du saumon, se sont également mobilisés hier, en bloquant le site d'expédition de Poullaouen, près de Carhaix (Finistère). Ils réclament l'annulation d'un plan de licenciement, qui prévoit la suppression de 400 postes en Bretagne.

Enfin la récupération politique n'est jamais très loin : hier des élus UMP du conseil municipal de Rennes ont revêtu les fameux bonnets rouges.

portiques IDE
portiques IDE © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.