Après plus d'un mois et demi de grève, la SNCF dit vouloir retrouver la confiance de ses clients. "C'est la première fois qu'on met en vente autant de billets à des prix aussi bas", a souligné lundi la directrice générale de Voyages SNCF.

Borne automatique de billets en gare Saint-Roch, à Montpellier
Borne automatique de billets en gare Saint-Roch, à Montpellier © Maxppp / Jean-Michel Mart

Elle veut "renouer le lien" avec ses clients, après plus d'un mois et demi de grève. La SNCF a annoncé la mise en vente, à partir de ce jeudi, de 5 millions de billets à moins de 35 euros. "Une opération totalement inédite", a expliqué lundi sur Europe 1 Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, la branche qui comprend notamment les TGV et les Intercités. "C'est quasiment un quart des places. C'est la première fois qu'on met en vente autant de billets à des prix aussi bas", a-t-elle souligné. "On veut dire à nos clients qu'on voudrait qu'ils retrouvent confiance en nous". 

Ces billets, dont 3 millions seront valables sur les TGV inOui et 2 millions sur les Ouigo, seront disponibles à la vente pendant une semaine, du 23 au 30 janvier, pour des voyages ayant lieu "entre maintenant et la mi-avril, jusqu'aux vacances de Pâques", a détaillé la directrice générale de Voyages SNCF. Les usagers pourront ainsi trouver des billets Paris-Lille à 25 euros, et des Paris-Marseille ou Paris-Bordeaux à 35 euros. 

Difficile de chiffrer toutefois l'effort financier que représente l'opération pour la compagnie ferroviaire. "Un Paris-Bordeaux à 35 euros, c'est un très bon prix", élude un responsable de la SNCF interrogé par France Inter.

Dédommagement pour les abonnés

Un autre geste a été annoncé en direction des abonnés TGV. "Ils seront dédommagés automatiquement en février sur leur abonnement, entre 50 et 100%", a assuré Rachel Picard. Concernant la circulation des trains pendant les vacances de février, qui commencent le 8 février pour la zone C, le trafic sera "normal sur l'ensemble des TGV", a-t-elle également promis. 

Au 47e jour de mobilisation contre la réforme des retraites, le trafic est quasiment normal ce lundi sur le réseau SNCF, sauf pour les Intercités et les Transiliens (8 trains sur 10). Néanmoins, la CGT-Cheminots annonce un "retour significatif des grévistes" vendredi, jour de la présentation du projet de loi en conseil des ministres. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.