Le nombre de passagers TGV en France devrait à nouveau reculer de 0,3% l'an prochain.
Le nombre de passagers TGV en France devrait à nouveau reculer de 0,3% l'an prochain. © MaxPPP / MaxPPP

L'année 2014 devrait être une année difficile pour la SNCF, avec notamment une poursuite de la baisse de rentabilité de sa principale activité, le TGV : le transporteur devrait supprimer 1.432 postes l'an prochain, par le non-remplacement de départs en retraite.

Marges en recul, réduction des coûts, dégradation de la rentabilité de l’activité TGV : l’année 2014 s’annonce difficile pour la SNCF. Rien de réjouissant non plus côté emploi : dimanche, le quotidien économique Les Echos annonçait dimanche que l’entreprise prévoyait de supprimer 1432 postes l'an prochain. Cette réduction des effectifs devrait notamment toucher particulièrement Fret SNCF, ainsi que les fonctions commerciales dans la vente de billets.

C'est une saignée qui pénalisera la qualité du service pour l'usager

Selon le site internet du quotidien, le projet de budget 2014 de l'entreprise, qui a été examiné la semaine dernière en conseil d'administration, "est placé sous le signe des réductions de coûts ". L'établissement public devrait donc supprimer environ 1% des effectifs, par le biais de départs en retraite non remplacés. Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT cheminots, a dénoncé dans la foulée de ces annonces, sur l'antenne de France Inter, une "saignée " qui pénalisera la qualité du service pour l’usager.

> Ecoutez Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT cheminots, au micro de Bruce de Galzain

La direction tablerait, selon Les Echos, sur une croissance du chiffre d'affaires du groupe de 2,5%, un objectif ambitieux au vu de la conjoncture. L'activité serait notamment tirée par la branche SNCF Infra, qui profite de l'augmentation des travaux de rénovation sur le réseau, ainsi que par Keolis, la filiale dédiée au transport de proximité, dont le chiffre d'affaires devrait progresser de 6%.

La branche SNCF Voyages particulièrement exposée

Les quatre autres branches devraient voir leur marge opérationnelle baisser, le climat étant particulièrement morose pour SNCF Voyages, dont l'essentiel du chiffre d'affaires provient des TGV. Le nombre de passagers TGV en France devrait à nouveau reculer de 0,3% l'an prochain mais la bonne tenue des liaisons vers l'international devrait permettre au groupe d'afficher une progression de 0,7% de l'ensemble des passagers TGV.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.