suspension de la grève à la sncm
suspension de la grève à la sncm © reuters

Le tribunal de commerce de Marseille a prononcé vendredi la cessation de paiement et le placement en redressement judiciaire de la compagnie maritime SNCM, qui dispose d'une période d'observation de six mois pour trouver un repreneur.

L'état de cessation de paiement de l'entreprise est effectif depuis que l'actionnaire majoritaire Trandev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts, a réclamé le remboursement de 117,3 millions d'euros d'avances de trésorerie que la compagnie ne peut payer. La SNCM a déposé le bilan début novembre.

Au sein de la compagnie, tout le monde s'attendait à ce redressement judiciaire. Les précisions à Marseille d'Isabelle Dor

"Un pas de plus vers la liquidation"

Les syndicats estimaient que le placement en redressement judiciaire serait "un pas de plus vers la liquidation" de la Société nationale Corse Méditerranée. Le redressement judiciaire de la SNCM devrait s'achever par une cession totale ou partielle de la structure à des tiers, ou par une liquidation, puisque la troisième possibilité, un plan de redressement économique, paraît peu réaliste.

► ► ►ALLER PLUS LOIN | La SNCM au bord de la noyade ?

La CGT a agité avant la décision du tribunal le spectre d'une "catastrophe sociale" sans précédent pour le port de Marseille et le risque d'un embrasement sur les quais. La SNCM emploie 1.508 salariés en CDI, environ 400 salariés réguliers en CDD et un volant de 300 à 500 saisonniers. La sous-traitance représente 1.200 emplois induits à Marseille et 800 en Corse.

La SNCM placée en redressement judiciaire
La SNCM placée en redressement judiciaire © Radio France
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.