la taxe a 75% durcie en commission à l'assemblée
la taxe a 75% durcie en commission à l'assemblée © reuters

Moins d'un an après sa validation par le Conseil constitutionnel, cette mesure phare de François Hollande, très décriée par le patronal, va s'éteindre. Ce n'est pas une surprise : cette taxe sur les très hauts revenus avait une durée de vie limitée.

François Hollande avait en effet promis (et cette fois, ce sera vérifié) que la taxe ne s'appliquerait que sur les revenus 2013 et 2014. Manuel Valls l'avait confirmé en octobre lors d'un déplacement à Londres. Deux ans, c'est court, et le bilan était de toute façon loin des attentes.

Dans sa dernière mouture, la taxe à 75% ne s’appliquait finalement qu'aux entreprises qui versent à des salariés une rémunération annuelle supérieure à un million d’euros, ce qui exclut les artistes et les sportifs indépendants. Le taux pris en compte n'est pas confiscatoire : pas plus de 50%.

Les clubs de foot vont souffler

Toutefois, si la taxe ne ressemblait plus à la promesse du candidat Hollande, la mesure a tout de même permis de prendre 40 millions d'euros l'an dernier aux patrons de clubs de football. À la satisfaction des socialistes, et au terme d'un parcours très cahotique (et notamment la censure, l'année dernière, par les Sages). La moitié de cette somme a été payée par le PSG seul, et s'il y a eu beaucoup d'inquiétudes au début, le club ne s'est finalement pas plaint.

La taxe a eu aussi d'autres effets plus inattendus. Par exemple, la baisse (décidée par le principal intéressé) de la rémunération de Stéphane Richard, PDG d'Orange, qui a préféré ne pas la faire supporter au groupe en l'exposant à la fameuse taxe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.