Gravir les étages de la Tour Eiffel coûtera beaucoup plus cher à partir de mercredi puisque les tarifs de la dame de fer augmentent.

La Tour Eiffel est l'un des monuments les plus visités du monde.
La Tour Eiffel est l'un des monuments les plus visités du monde. © AFP / Zakaria ABDELKAFI

L'objectif du nouveau concessionnaire est de financer son relooking avant Paris 2024 mais également l'installation d'une vitre pare-balles contre les risques d'attentats. En tout, ce sont 300 millions d'euros de travaux prévus et que le visiteur paiera.

Pour accéder au dernier étage par l'ascenseur, il fallait jusqu'ici payer 17 euros. Désormais, il faudra s'acquitter de 25 euros, soit une inflation du prix du billet de près de 50 %. 

Isabelle Esnous, est en charge de la communication de la SETE, la société d'exploitation de la Tour Eiffel.  Elle assume cette augmentation. Il fallait de toute façon s'aligner selon elle, sur les standards internationaux. "L'Empire state building est par exemple à un prix équivalent à 46 euros", explique-t-elle.

Plutôt en-dessous, question de point de vue puisque par exemple les Italiens pourront toujours dire qu'aller visiter le Colisée à Rome coûte beaucoup moins cher, environ 16 euros. "On ne voulait pas faire peser le poids des travaux sur les épaules du contribuable et donc des Parisiens", insiste encore la société d'exploitation, pour qui ce seront les touristes étrangers qui paieront.  Ils représentent aujourd'hui 85 % de la clientèle de la Tour Eiffel.  Les autres pourront toujours contempler la dame de fer d'en bas, l'accès au parvis reste gratuit.

1 min

E Tour Eiffel/ plus cher, là haut

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.