le medef tourne la page parisot, pierre gattaz président
le medef tourne la page parisot, pierre gattaz président © reuters

Pour conclure le débat sur la transition énergétique, le Medef a fini par accepter un document légèrement remanié. Le contenu ne change pas ou presque, mais le document n'est plus intitulé "recommandations" : il devient une simple "synthèse des travaux".

"Le Medef refuser d'endosser le texte en l'état", expliquait ce matin une porte parole de l'organisation patronale. "Nous nous opposons aux positions sur (la sortie partielle du) nucléaire et sur la division par deux de la consommation d'énergie en 2050." Pour Jean-Louis Schilansky, président de la commission Energie du Medef et de l'Union française des industries pétrolières, ces recommandations sont même "utopiques".

Il faut des besoins de financements considérables, on parle de plusieurs centaines de milliards d'euros. Ça nous semble utopique, aujourd'hui, on n'a pas les moyens de le faire. Ce n'est pas la peine d'essayer de se projeter dans cet univers-là qu'on n'arrivera pas à atteindre. Il faut prendre des mesures réalistes, économiques, qui améliorent le pouvoir d'achat des Français et pas projeter une société idéale qu'on ne pourra pas obtenir.

Le Conseil national du débat, qui rassemble plus de 110 représentants issus notamment des ONG, syndicats et services de l'Etat, se réunissait pour la dernière fois ce jeudi.

Il a fini par adopter un texte légèrement remanié : son contenu ne change quasiment pas, en revanche son intitulé est modifié. On ne parle plus de "recommandation" mais d'une simple "synthèse des travaux".Les 15 "recommandations" ont elles été renommées "enjeux" dans le document final, après plus de six mois de débats. Après un après-midi consacré à amender le projet, la "synthèse" a été adoptée sous les applaudissements de la salle, et en l'absence du ministre de l'Écologie et de l'Énergie Philippe Martin, qui n'a assisté qu'à une partie des débats.

Un "coup de Trafalgar"

Avant jeudi matin, le Medef n'avait pas fait valoir d'opposition particulière au projet de recommandations, a souligné Bruno Rebelle, membre du comité de pilotage du débat.

"Le MEDEF plante 8 mois de débat en refusant un texte qu'il acceptait hier encore à 16h ", s'insurgait l'ancien président de Greenpeace sur le réseau social Twitter.

Mathieu Orphelin, porte-parole de la fondation Nicolas Hulot, était l'invité du journal de 13h de Frédéric Métézeau.

Les recommandations du débat restaient vagues sur plusieurs sujets épineux comme la façon dont la France parviendra à concrétiser la promesse de François Hollande de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité à l'horizon 2025

L'objectif de réduire de 50% la consommation d'énergie d'ici 2050, critiqué par le Medef, était évoqué dans le projet de texte comme "un cap ambitieux qui ne fait pas consensus".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.