C'est la première victime connue d'une voiture autonome – lire "sans chauffeur". Une femme est morte dans la nuit de dimanche à lundi après avoir été percutée par un véhicule expérimental d'Uber en Arizona, aux États-Unis, selon la chaîne locale ABC15. Depuis, les tests ont été interrompus.

En septembre dernier, Uber estimait à 1,6 million de kilomètre la distance parcourue par ses véhicules autonomes. Les opérations de tests ont débuté en 2016 aux États-Unis et au Canada
En septembre dernier, Uber estimait à 1,6 million de kilomètre la distance parcourue par ses véhicules autonomes. Les opérations de tests ont débuté en 2016 aux États-Unis et au Canada © AFP / Justin Sullivan / Getty Images North America

L'accident est intervenu dans la nuit à Tempe, en Arizona : une femme est morte de ses blessures après avoir été percutée par un véhicule test d'Uber. La police enquête encore pour savoir si la victime était ou non à bicyclette – un vélo a été retrouvé à terre –, mais il apparaît déjà qu'elle traversait hors des clous. 

Une information que devrait confirmer le passager de la voiture impliquée, car un conducteur "de sécurité" (safety driver) est embarqué dans les véhicules autonomes en test.

Gros coup de frein sur l'expérimentation

La réaction n'a pas tardé, et c'est un véritable coup d'arrêt pour l'expérimentation d'Uber. La compagnie américaine, qui a assuré les autorités de sa pleine coopération, a immédiatement remisé les véhicules autonomes qui parcouraient les rues de San Francisco et Pittsburgh, aux États-Unis, et de Toronto au Canada.

Google, Tesla ou encore BMW travaillent eux-aussi sur la conduite assistée ou autonome aux États-Unis. En France, depuis mi-2015, PSA, Renault et Valeo ont progressivement obtenu des dérogations pour tester leurs véhicules autonomes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.