Les syndicats agricoles annoncent une mobilisation nationale dès lundi pour tenter de forcer le géant laitier à relever ses prix d'achat.

Manifestation des producteurs de lait de  l'ouest de la France devant le siege du groupe laitier Lactalis à Laval
Manifestation des producteurs de lait de l'ouest de la France devant le siege du groupe laitier Lactalis à Laval © Maxppp / IP3 / Jéremias Gonzalez

Après l'échec des négociations de la semaine dernière, après le refus de Lactalis d'augmenter le prix d'achat de la tonne de lait, les syndicats agricoles ont décidé dimanche d'accentuer la pression sur Lactalis.

Philippe Jéhan, le président de la FDSEA Mayenne a annoncé qu’une "action d'envergure nationale" a été décidée "pour mieux rebondir".

Si les cadres de Lactalis qu'ont les dents longues ne veulent pas faire une proposition concrète à la hauteur ed nos attentes, je propose aux organisations de producteurs de ne pas se rendre aux réunions où eux qui gagnent 10 à 20.000 euros par mois ne proposent que des broutilles alors que nous on n'arrive pas à tirer un salaire.

Quelques heures plus tard, les principales organisations syndicales nationales de producteurs agricoles ont annoncé dans un communiqué le lancement lundi d'"un mot d'ordre national pour aboutir à un accord avec Lactalis" sur le prix du lait. La nature des actions qui seront menées n'a pour le moment pas été précisée, mais la rentrée sera agitée, c'est la promesse des producteurs de lait.

Les syndicats agricoles ont décidé d'augmenter la pression

Le mouvement passe donc à la vitesse supérieure. Ce mouvement parti de Laval, va donc s'étendre dès lundi à tout le territoire. Les syndicats FNSEA, FNPL (les producteurs laitiers) et Jeunes Agriculteurs considérant qu'il faut soutenir les organisations de producteurs qui tentent de négocier le prix d'achat de leur lait avec Lactalis.

Les deux réunions de cette semaine se sont soldées par des échecs. Pire que ça, les producteurs ont très mal vécu les offres de Lactalis. Le groupe laitier a proposé une augmentation de 15 euros la tonne de lait à compter du 1er septembre, soit environ 271 euros alors que les agriculteurs estiment leur coût de production à 300-320 euros au minimum la tonne. Ils parlent de mépris, de propositions indécentes. Ils se sont sentis - c'est écrit dans un communiqué - humiliés par tant d'arrogance. Une relation moyenâgeuse de Lactalis entre un seigneur et ses serfs.

Bref on est désormais engagé dans un rapport de force national qui vise à faire plier Lactalis, en ciblant ses sites et ses produits phares. En espérant que ce soit la bonne solution pour faire revenir l'industriel laitier à la table des négociations avec des propositions de prix bien meilleures.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire Lait : qui gagne quoi ?

Crise ouverte entre producteurs laitiers et Lactalis
Crise ouverte entre producteurs laitiers et Lactalis © VisActu