Déclaration de revenus, bientôt tout en ligne ?
Déclaration de revenus, bientôt tout en ligne ? © Radio France / Olivier Bénis

Et si la déclaration de revenus en ligne devenait obligatoire ? Le gouvernement y pense de plus en plus sérieusement, comme le montre l'enthousiasme de Michel Sapin sur le sujet, qui vante inlassablement les mérites de la télédéclaration.

Le ministre des Finances ne s'en cache pas depuis le début de la campagne 2015 de l'impôt sur le revenu : "La perpective c'est de pousser au maximum les contribuables français à faire leur déclaration en ligne ", dit-il dans le Figaro. Le sujet sera aussi abordé dans le projet de loi de finances 2016, à l'automne.

En 2014, on compte 13 millions de déclarations sur Internet, soit plus d'un tiers des foyers fiscaux . Un chiffre qui gagne du terrain chaque année.

Plus clair, plus simple... et moins cher

Mais si cette progression reste constante, elle est encore insuffisante pour le ministère des Finances. Michel Sapin a donc décidé de mettre en avant un système plus pratique pour les contribuables. Reste à convaincre les deux tiers des Français toujours fidèles au papier, notamment les plus âgés.

Le reportage de Laetitia Bezain

1'09

Le gouvernement veut convaincre les Français de passer au numérique

L'obligation de déclarer en ligne concernerait d'abord les foyers à hauts revenus , plus sensibles au numérique. Pour certains, c'est d'ailleurs déjà une évidence. Vanessa, 35 ans, explique que "pour [sa] génération, on est complètement habitués. Pour moi qui ne suis pas très organisée, c'est beaucoup plus clair et beaucoup plus simple."

Mais l'objectif, ce n'est pas seulement de simplifier les choses aux contribuables : c'est aussi de faire des économies. Chaque année 200 millions d'euros sont dépensés pour l'envoi des déclarations de revenus. C'est aussi une réponse à la contrainte budgétaire et à la baisse des effectifs des services fiscaux : les syndicats s'attendent à de nouvelles suppressions de postes l'année prochaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.