Le salon des véhicules de loisirs démarre ce samedi, à Paris. Si le marché des camping-cars est en pleine expansion, les vans suivent la même voie, pour un public plus jeune.

L'économie collaborative dans le secteur du camping-car se développe de plus en plus. (photo d'illustration)
L'économie collaborative dans le secteur du camping-car se développe de plus en plus. (photo d'illustration) © Maxppp / Ruaridh Stewart

C’est LE rendez-vous incontournable des adeptes des « maisons roulantes » : le salon des véhicules de loisirs, qui démarre ce samedi pour une semaine, au Bourget, près de Paris. 200 stands sont installés sur une surface de 200 000 m2, des stands de camping-cars, mais aussi de mobile-homes, de caravanes, de remorques et d’équipements et accessoires associés.

Le salon des véhicules de loisirs signe sa 52ème édition cette année, preuve selon les organisateurs, d’un marché qui se porte bien. Les immatriculations sont effet en hausse depuis trois ans. Elles ont notamment augmenté de 9% entre septembre 2016 et août 2017, selon l’UNIVDL, le syndicat des constructeurs de véhicules de loisirs, ce qui représente 20 738 nouveaux véhicules immatriculés. Sans compter le marché de l’occasion, qui se porte lui aussi bien, +3% sur la même période.

Au salon du Bourget, parmi les exposants, il y a des constructeurs et fabricants Français, mais aussi Européens, Américains et Asiatiques. Parmi eux, le leader du secteur en Europe : le français Trigano, qui récemment a pris le contrôle de son rival slovène Adria. Trigano a vu ses ventes de camping-cars augmenter de près de 52% entre juin et août 2017.

Qui sont les camping-caristes ?

Plus de 436 000 camping-cars sont en circulation en France, selon l’UNIVDL. La fédération des campeurs, caravaniers et camping-caristes dresse un profil type du camping-caristes :

  • 58 ans en moyenne
  • Plus de la moitié sont des pré-retraités ou retraités
  • 80% des acheteurs de camping-cars sont sans enfants à charge.
  • Des camping-caristes qui vivent principalement dans l’Ouest de la France, le Sud-Ouest, le Centre et en Rhône-Alpes.
  • Le camping-cariste roule en moyenne entre 12 et 15 000 kilomètres par an

"Populariser le camping-car"

Un camping-car coûte en moyenne 65 000 euros, le moins cher est à environ 40 000 euros, le plus cher, un camping-car très luxueux, peut aller jusqu'à un million d'euros ! Se payer un camping-car n'est donc pas donner à tout le monde, c'est pour cela que depuis quelques années, se développe une nouvelle tendance : louer un camping-car à la semaine. Avec un double avantage, pour le propriétaire, qui rembourse ainsi son emprunt plus rapidement, mais aussi pour la personne qui le loue en profitant d'un véhicule qu'il n'aurait pas les moyens d'acheter. Des plateformes de locations entre particuliers fleurissent.

"La meilleure façon de vendre un produit, c'est de le faire essayer!"

Pour les constructeurs, l'économie collaborative qui se développe dans le secteur du camping-car est également une aubaine. Pour François Feuillet, président du salon des véhicules de loisirs, et également président du groupe Trigano, "il y a beaucoup de gens qui pourront se payer des camping-cars alors que ce n'était pas le cas autrefois, car il ne pouvait pas en retirer des revenus. Ensuite, la location va faire découvrir le monde du camping-car à des tas de gens, la meilleure façon de vendre un produit, c'est de le faire essayer. Cela permet de populariser le camping-car".

Les jeunes : nouvelle cible des constructeurs

Autre nouvelle tendance : le van ou le fourgon aménagé. Les constructeurs les développent pour séduire une nouvelle clientèle. "A la fois les personnes âgées, pour lesquelles c'est difficile de conduire un camping-car qui fait trois tonnes, qui est assez large, difficile à garer, avec le van, c'est un véhicule beaucoup plus facile à manier, explique François Feuillet, mais ça plait aussi énormément aux jeunes, aux couples, qui veulent garder un petit côté nomade, un petit côté libre pour un prix raisonnable."' Le prix moyen d'un van reste tout de même de 40 000 euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.