La famille Peugeot lâche les rênes de PSA. Le constructeur automobile devrait voir entrer au capital le chinois Dongfeng à part égale avec l'Etat français et les actionnaires historiques. Un conseil de surveillance se réunit ce mardi matin pour examiner ce plan.

Peugeot PSA
Peugeot PSA © MaxPPP/L'Alsace/Lionel Vadam

C'est la fin d'une époque pour PSA Peugeot Citroën. L'Etat français et le constructeur automobile chinois Dongfeng doivent faire leur entrée au capital à hauteur de 14% chacun. La part de la famille Peugeot, actuellement de 25,4% doit, elle, être réduite au même niveau. Elle va également perdre ses actions à droit de vote double, qui lui assurait jusqu'ici 38,1% des droits de vote.

Thierry Peugeot, qui préside le conseil de surveillance, même si la famille ne dirige plus directement le constructeur depuis un peu plus de quarante ans, devrait perdre son poste à la fin du mois de mars. Une assemblée générale se réunira en effet dans un mois et demi pour valider cette extension de capital.

Cet accord historique suscite l'inquiétude pour l'avenir comme nous l'explique Marion L'Hour

Jean-Louis Loubet est professeur d'histoire économique à l'université d'Evry-Val d'Essonne et auteur de "La maison Peugeot" aux éditions Perrin était l'invité du journal de 13h de Patrick Boyer sur France Inter. Il revient sur l'histoire de l'entreprise

L'accord qui doit être validé en conseil de surveillance prévoit une augmentation de capital de trois milliards d'euros pour sauver l'entreprise de graves difficultés financières accumulées depuis deux ans. Cette décision a été défendue ce matin par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, invité du 7/9 de France Inter ce matin. "Nous avons pris une décision de patriotisme économique" a assuré le ministre.

Christophe Beck de France Bleu Belfort Montbéliard a recueilli l'avis des salariés de PSA à Sochaux ce mardi

Dongfeng et l'Etat entrent au capital de PSA
Dongfeng et l'Etat entrent au capital de PSA © idé / idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.