Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A baisse de 1,5% au mois d'août. Il y a désormais 3 235 700 demandeurs d'emplois, 50 000 de moins qu'en juillet. C'est la première fois depuis fin 2010 selon les chiffres de l'Insee. Sur un an en revanche, le taux de chômage augmente de 7,3%.

Les résultats analysés par Véronique Julia

SUR FRANCE INTER > Michel Sapin est l'invité de Patrick Cohen dans le 7/9

Toutes les catégories sont concernées

le taux de chômage au sens du bit à 10,5% au 2e trimestre, au plus haut depuis fin 1997
le taux de chômage au sens du bit à 10,5% au 2e trimestre, au plus haut depuis fin 1997 © reuters

Cette baisse, la plus forte en ampleur depuis l'automne 2000, intervient à la suite du ralentissement du rythme de hausse constaté depuis le mois de mai et conforte François Hollande dans sa volonté d'inverser la courbe à la fin de l'année.

En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi a reculé de 1,3% pour s'établir à 4.789.200, soit 62 700 personnes de moins qu'en juillet. En incluant l'Outre-mer, il atteint 5 085 800 contre 5.148.200 le mois précédent.

"Le nombre des demandeurs d'emploi a fortement baissé au mois d'août, confirmant l'amélioration progressive du marché du travail depuis plusieurs mois", note le ministère dans un communiqué. "Ces chiffres sont encourageants, mais doivent encore être interprétés avec prudence", souligne le ministre du Travail Michel Sapin dans ce communiqué.

Les statistiques du mois d'août "peuvent être affectées par une hausse exceptionnellement forte des sorties de Pôle emploi pour défaut d'actualisation" , qui correspondent au cas où le demandeur d'emploi n'a pas actualisé sa déclaration de situation mensuelle, relèvent la Dares et Pôle Emploi en charge de la publication de ces données.

Les sorties de Pôle Emploi sous ce motif ressortent à 277 500 contre 200 000 le mois précédent et pour la période correspondante un an auparavant. "Les résultats d'un mois ne font pas un retournement", poursuit le ministère dans son communiqué. "Notre objectif, c'est l'inversion durable de la courbe du chômage, à l'horizon de la fin de l'année".

Le recul des entrées à Pôle emploi (-9,4% sur le mois) concerne tous les motifs d'inscription, les fins de CDD diminuant de 6,9% sur le mois, les fins de missions d'intérim de 9,5% et les licenciements économiques de 1,6%. Le nombre de demandeurs d'emplois de moins de 25 ans a reculé pour le quatrième mois consécutif en août, le rythme de baisse s'accélérant à -3,6% sur le mois contre -0,8% le mois précédent et illustrant la montée en puissance des disopsitifs de lutte contre le chômage des jeunes comme les emplois d'avenir.

Le recul du chômage s'inscrit dans un contexte d'amélioration de la situation de l'économie française encore illustrée jeudi par une embellie du climat des affaires pour le cinquième mois consécutif. "L'amélioration de l'activité permet d'envisager un rythme encore plus dynamique des intentions d'embauche dans les prochains mois", estime le ministère.

Le redressement de l'économie française, qui a enregistré une croissance de 0,5% au deuxième trimestre après deux trimestres d'évolution négative du PIB, est toutefois jugé fragile par de nombreux économistes qui soulignent l'absence de signes de reprise des investissements des entreprises.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/07/c9201f2d-f50c-11e2-9f7b-782bcb6744eb/640_dossier_lien_chomage.jpg" alt="lien_dossier_chomage " width="639" height="150" />
lien_dossier_chomage © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.