L'horizon s'éclaircirait encore plus nettement en 2016, avec 51.000 chômeurs en moins
L'horizon s'éclaircirait encore plus nettement en 2016, avec 51.000 chômeurs en moins © MaxPPP

L'Unédic s'attend à une stabilisation du chômage d'ici à la fin de l'année en métropole, avant une baisse en 2016, la première depuis 2007, selon ses prévisions financières publiées mardi.

C’est une première depuis 2007. L'inversion de la courbe se précise : selon l'Unédic, le chômage devrait enfin baisser en 2016, pour la première fois depuis 2007, une prévision qui conforte le président François Hollande en vue d'une candidature en 2017.

Une baisse "crédible" ?

Le chef de l'Etat a assuré à plusieurs reprises qu'il ne briguerait un second mandat qu'en cas de baisse "crédible" du chômage en 2016. C'est précisément le scénario qu'ébauche l'Unédic. Selon l'organisme gestionnaire de l'assurance chômage, après avoir vu affluer 70.900 nouveaux chômeurs depuis janvier en métropole, Pôle emploi devrait en recenser 8.900 de moins d'ici à la fin de l'année. Sur l'ensemble de l'année, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité augmenterait ainsi de 62.000 personnes, après 189.000 supplémentaires en 2014.

La première année de baisse depuis 2007

L'horizon s'éclaircirait encore plus nettement en 2016, avec 51.000 chômeurs en moins. Il s'agirait de la première année de baisse depuis 2007, juste avant la crise financière mondiale. Le chômage a atteint un record fin août, avec 3,57 millions de demandeurs sans activité. En huit ans, 1,6 million de chômeurs supplémentaires se sont inscrits à Pôle emploi, dont 650.000 depuis l'élection de François Hollande en 2012. Selon les prévisions de l'Unédic, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail, suivrait les mêmes tendances que les inscrits à Pôle emploi. Il resterait stable à 10% de la population active d'ici à la fin de l'année, puis baisserait à 9,7% fin 2016.

Il faut nuancer l’optimisme de ces prévisions

Ces prévisions témoignent d'une amélioration sur le marché du travail, mais elles sont, malgré tout, moins optimistes que les précédentes publiées à la mi-juin. L'organisme tablait alors sur une hausse de 12.000 chômeurs en 2015, puis une baisse de 68.000 l'année suivante. En outre, l'amélioration serait nuancée par une hausse des demandeurs d'emploi travaillant à temps partiel ou enchaînant les contrats courts :+166.000 en 2015, +49.000 en 2016. Près de la moitié des demandeurs d'emploi indemnisés travaillent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.