le gouvernement laisse à la majorité l'initiative sur la famille
le gouvernement laisse à la majorité l'initiative sur la famille © reuters

Le gouvernement s'apprête à détailler ses mesures pour réaliser 800 millions d'euros d'économies sur la branche famille de la Sécu. Selon Les Échos, le congé parental serait raccourci et la prime de naissance réduite à partir du deuxième enfant.

Ces nouvelles mesures, si elles sont confirmées, s'ajouteront à d'autres décidées précédemment : les allocations familiales et les aides à la garde d'enfants ne seront pas revalorisées avant octobre 2015. Objectif : redresser les comptes de la branche famille de la Sécurité sociale, qui ont accusé un déficit de 3,2 milliards d'euros l'an passé.

Cette fois, c'est le congé parental qui devrait connaître un sérieux de coup de rabot. Comment ? En alignant les droits liés à la naissance du deuxième enfant sur ceux du premier, écrit Les Échos. Le congé parental serait donc réduit à un an au lieu de trois ans maximum. Économies attendues : entre 300 et 400 millions d'euros.

### La prime de naissance, trop élevée ? La prime de naissance est également dans le collimateur du gouvernement. Versée au septième mois de grossesse, elle s'élève actuellement à 923 euros et est accordée à 85 % des naissances. Plutôt que d'abaisser le plafond de revenus ouvrant droit à cette prime, son montant serait réduit à partir du deuxième enfant. Interrogé par Les Échos, Jean-Louis Deroussen, le président de la Caisse nationale d'allocations familiales ne cache pas son inquiétude : "Ça commence à faire beaucoup", regrette-t-il, car ces mesures s'ajouteraient à la baisse du quotient familial, qui "s'est déjà fait sentir sur la feuille d'impôt l'an dernier et (qui) se renforce cette année."
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.