Pour la première fois depuis son élection, Emmanuel Macron reçoit ce mardi l'ensemble des organisations syndicales et patronales à l'Élysée. Il n'y a pas d’ordre du jour précis mais l'avenir de l'assurance-chômage sera l'un des éléments essentiels de cette discussion.

Les partenaires sociaux ont rendez-vous ce mardi à l'Elysée.
Les partenaires sociaux ont rendez-vous ce mardi à l'Elysée. © AFP / ALAIN JOCARD

Emmanuel Macron reçoit les 8 chefs de files patronaux et syndicaux. Le chef de l'État annonce "vouloir  jeter les bases d’un nouveau contrat social avec l’ensemble des partenaires sociaux", des partenaires sociaux qui, pour une partie, se disent satisfaits d'être à nouveau consultés pour mettre sur pied un nouvel "agenda social".

Chacun apportera aujourd'hui à l'Elysée les sujets de négociations jugés prioritaires : santé au travail et burn-out pour FO, lutte contre les contrats de travail de plus en plus courts pour la CGT, insertion professionnelle et mesures contre l'exclusion et la pauvreté pour la CFDT, les difficultés pour recruter ou embaucher du coté patronal...

Mais cet agenda social implique également pour Emmanuel Macron un nouveau contrat social, avec une remise à plat des règles et du périmètre de l'assurance chômage (que les partenaires sociaux accepteront ou non de négocier). 

Réformer l'assurance-chômage

Car l'urgence, c'est d’accompagner tout d'abord les chômeurs de longue durée. Passés 24 mois, les demandeurs d'emplois quittent l'assurance chômage pour toucher un minima social, si leur ressource sont trop faibles. "Un système où les chômeurs stationnent et ne sont plus suivis" estime le gouvernement. 

Emmanuel Macron propose aux partenaires sociaux de rallonger l'indemnité chômage au-delà des 24 mois pour la transformer en allocation chômage longue durée

Si la proposition est alléchante sur le papier, le mélange des genres "minima social transformé en allocation chômage" déplaît au syndicats ; ils  redoutent de voir l'assurance chômage se transformer en un système d'allocation forfaitaire pour tous les demandeurs d'emplois.

Deuxième mesure choc  : revoir le système d'indemnisation des chômeurs qui cumulent petits contrats de quelques jours et assurance chômage avec des droits sans cesse renouvelés, un système qui n'inciterait pas à la reprises d'un emploi en CDI, selon le gouvernement. La négociation pour redéfinir l'assurance chômage s'annonce agitée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.