Un contrôle technique plus poussé et plus coûteux : c'est ce qui vous attend à partir du mois de mai prochain si vous possédez une voiture. La conséquence d'une nouvelle réglementation européenne qui entrera en vigueur en France le 20 mai 2018.

Un véhicule particulier passe au contrôle technique dans un centre spécialisé de Caen en 2007.
Un véhicule particulier passe au contrôle technique dans un centre spécialisé de Caen en 2007. © AFP / MYCHELE DANIAU

Les automobilistes risquent de grincer des dents. À partir du 20 mai 2018, le contrôle technique va se durcir et coûtera plus cher. Principale évolution : le nombre de vérifications sur votre automobile. Elles seront plus nombreuses avec bientôt plus de 600 défaillances qui vont être prises en compte contre 453 à l’heure actuelle. Autre nouveauté, l’apparition d’une nouvelle catégorie de défauts, les défaillances dites  "critiques" : ce sont celles qui présentent un grave danger pour la sécurité. Les réparations devront être faites le jour même sous peine d’immobilisation et d'une amende de 135 euros. « Cela peut concerner des pneus ou des freins très usés par exemple » explique Kévin Ballet, directeur d'un centre de contrôle dans les Yvelines. Depuis quelques mois, il fait de la pédagogie en direction de ses clients pour les préparer aux changements : "C’est quand même justifié parce que les voitures en mauvais état ont, à l’heure actuelle, le droit de rouler pendant encore deux mois."

L'obligation de faire les réparations en 24 heures

Passer du délai actuel de deux mois pour effectuer les réparations à seulement 24 heures, cette nouvelle réglementation pourrait inquiéter les automobilistes néophytes en mécanique – et ils sont nombreux – avec la crainte que le garagiste en rajoute. Il faudra convaincre des clients souvent suspicieux. La voiture d'Agatha, par exemple, a l'air d'être en bonne état mais cette conductrice de 27 ans est quand même stressée : "C’est la première fois que j’emmène ma voiture au contrôle technique. Etant une fille, j’ai peur d’être arnaquée et c’est d’ailleurs pour ça que je ne suis pas venue toute seule." 

Des visites plus longues, plus chères et plus nombreuses

Avec des expertises plus longues et plus rigoureuses, les contre visites devraient se multiplier. Ce nouvel examen plus approfondi demandera plus de travail aux contrôleurs. Du coup, les professionnels du secteur sont d’ores et déjà en ordre de bataille depuis des mois. Certains ont même dû parfaire leur formation. D’ailleurs, le niveau de diplôme requis passe lui du CAP au Bac Professionnel. "Nous avons commencé à signer des partenariats avec certains lycées professionnels pour expliquer la profession et essayer de mobiliser les jeunes dans cette voie." indique Sebastien Danvel, le président du réseau Auto sécurité qui rassemble plus de 1 800 contrôleurs en France.

Du côté des clients, ces changements devraient se répercuter sur les tarifs, avec une hausse moyenne de 20 % de la facture. Le contrôle technique nouvelle formule passera d'une durée de 30 minutes à 50 minutes

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.