Ce nouveau retard augmente encore le coût du chantier
Ce nouveau retard augmente encore le coût du chantier © MaxPPP

EDF annonce ce jeudi que le démarrage du réacteur nucléaire EPR de Flamanville est à nouveau repoussé. Selon le nouveau calendrier, il devrait être en service au quatrième trimestre 2018. Ce nouveau retard porte son coût à 10,5 milliards d'euros.

A l’annonce de ce nouveau retard, le titre EDF a chuté de plus de 4 % ce matin à la bourse de Paris. Lors d’une conférence de presse, le PDG du groupe électrique a reconnu que Flamanville représente "un enjeu vital" pour EDF. Selon lui, il s’agit "chantier d'une ampleur exceptionnelle". Toutefois a-t-il affirmé, « la réussite est à la portée du groupe public et de ses partenaires.

Le coût du chantier augmente

Le lancement du réacteur nucléaire de troisième génération était initialement prévu pour 2012. Il avait déjà été reporté à plusieurs reprises depuis le début du chantier en 2006.

Chaque nouveau retard de ce chantier augmente bien évidement le coût total de sa réalisation. Au mois d’avril dernier, de nouvelles difficultés techniques sont apparues. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a notamment annoncé qu'une "anomalie sérieuse" a été détectée dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve de ce réacteur nucléaire, ces équipements étant fabriqués par Areva.

Ces difficultés se produisent alors que la filière nucléaire française est en pleine restructuration. En effet, Areva rencontre en ce moment de graves problèmes financiers.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.