Enrique Martinez, le nouveau directeur général de Fnac Darty, dévoile le nouveau plan stratégique du groupe. Parmi les points clés : l'ouverture de nouveaux magasins, la création de services sur internet, et une meilleure convergence entre les deux univers.

Le directeur général de Fnac Darty, à Lille, le 7 septembre dernier.
Le directeur général de Fnac Darty, à Lille, le 7 septembre dernier. © AFP / Denis Charlet

Avec "Confiance +", quel est l'enjeu pour Fnac Darty ? C'est de concurrencer des géants comme Amazon ?

Avec l'intégration de la Fnac et de Darty, il y a des actifs majeurs : plus d'un million de mètres carrés sur le territoire français, ce qui veut dire que 90% des clients sont à moins de quinze minutes de distance. Quant aux sites Internet, combinés, ils sont numéro deux du trafic en France. Un groupe comme le nôtre a la capacité d'être très pertinent sur le digital, comme d'autres groupes. Mais nous, on peut combiner le numérique avec l'offre des magasins, très large. En plus, nous pouvons compter sur 25 000 collaborateurs au quotidien, qui sont là pour proposer des services de haut niveau et trouver ce qui est nécessaire pour nos clients.

Donc l'avenir pour Fnac Darty, c'est aussi d'ouvrir des magasins ?

Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique de conquête et de croissance. Cela signifie ouvrir de nouveaux magasins, mais aussi élargir notre base de services. C'est grâce à ces services que l'on va pérenniser la relation avec nos clients : les contrats de confiance, mais aussi la carte de fidélité de la Fnac, qui compte plus de 6 millions d'abonnés dans le monde.

Parmi les projets de développement du groupe, il y a par exemple l'intégration de boutons Darty dans l'écosystème de Google Home, pour pouvoir accéder au système de diagnostic et de réparation de l'article. On imagine aussi une plateforme de diagnostic et de réparation des produits à distance. Cela veut dire que l'on pourra déclencher une réparation depuis son ordinateur ou préparer la venue d'un technicien avec la pièce nécessaire pour réparer l'appareil.

Vous arriverez à faire tout ça avec un objectif de 130 millions d'économies d'ici fin 2018 ? Est-ce que vous négociez actuellement avec le groupe Carrefour pour mutualiser vos achats ?

Nos 130 millions d'euros de synergies suite à l'intégration de Darty, nous les avons confirmés, cela veut dire qu'ils font aujourd'hui partie de nos résultats, ils le feront à la fin de l'année 2018 en tout cas. Ce programme, qui est un programme de conquête et de croissance, il est forcément associé à une enveloppe d'investissements importante, à hauteur de 120 à 140 millions d'euros par an. 

Pour Carrefour, ce que l'on confirme à ce stade, c'est que des discussions sont en cours autour des achats de produits électroniques et électroménagers en France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.