Sur le chantier d'un sous-marin à DCNS Cherbourg
Sur le chantier d'un sous-marin à DCNS Cherbourg © MaxPPP / Jean-Yves Desfoux

Au total ce sont douze sous-marins qui seront vendus par DCNS à l'Australie. Le Premier ministre australien vient de confirmer la commande. "L'offre française présentait les meilleures capacités pour répondre aux besoins uniques de l'Australie" a déclaré Malcolm Turnbull, le Premier ministre australien. C'est la commande militaire la plus importante passée par l'Australie. Un contrat à plus de 34 milliards d'euros, "historique" s'est félicité l'Elysée.

La France est reconnaissante de la confiance que lui témoigne l'Australie et fière d el'excellence technologique dont ses entreprises ont su faire preuve dans cette compétition de haut niveau a délcaré l'Elysée.

L'entrée en serviceces sous-marins ultra sophistiqués est prévue en 2027 . Un modèle spécialement conçu pour l'Australie dénommé "Barracuda à nageoires courtes ". C'est un engin hybride, diesel et électrique qui mesure 97 mètres de long.

Un transfert de compétences et de technologies

Le sous-marins sera construit à Adelaïde en Australie du sud "avec de l'acier australien" a promis le Premier ministre australien. Mais en France, plus de 4 000 personnes seront mobilisées pendant six ans chez DCNS et ses 200 sous-traitants, notamment sur les sites de Cherbourg, Nantes et Lorient. C'est donc bien un transfert de compétences et de technologies qui s'opère. La part revenant aux industriels français est estimée à 8 milliards d'euros selon Le Monde.

Ces douze sous-marins sont une nécessité stratégique pour Canberra qui avait besoin de remplacer ses sous-marins actuels jugés trop vieux et souhaite affirmer sa puissance dans le Pacifique alors que les tensions se multiplient en Mer de Chine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.