Jean Tirole, prix nobel d'économie 2014
Jean Tirole, prix nobel d'économie 2014 © PhotoPQR/La Dépêche du Midi

Chercheur à l'université de Toulouse, Jean Tirole est primé pour "son analyse de la puissance du marché et de la régulation", a annoncé le jury. L'économiste s'est dit "très ému".

Présenté par le comité Nobel comme "l'un des économistes les plus influents de notre époque", il a notamment "éclairci la manière de comprendre et de réglementer les industries avec quelques entreprises importantes".

Chercheur resté fidèle à l'université de Toulouse depuis les années 1990, après être revenu de l'université américaine MIT, Jean Tirole était cité parmi les favoris du Nobel depuis quelques années.

Il recevra son prix, et la récompense de 8 millions de couronnes suédoises (environ 878.000 euros), le 10 décembre à Stockholm. Jean Tirole est le troisième Français récompensé par le prix Nobel d'économie après Gérard Debreu en 1983 et Maurice Allais en 1988.

Son portrait par Philippe Lefébure, chef du service éco de France Inter, dans le journal de 13 heures de Claire Servajean

Lors d'une conférence de presse organisée à la hâte ce lundi à Toulouse, Jean Tirole a appelé à réformer un marché français de l'emploi "assez catastrophique" :

Je pense qu'il va falloir changer les choses si on veut donner un avenir à nos enfants.

"Un autre Français au firmament"

Jean Tirole, qui s'est dit "très ému" de recevoir ce prix, a tenu à y associer sa famille, ses étudiants et ses collègues et indiqué avoir une pensée particulière pour Jean-Jacques Laffont, le fondateur de l'Institut d'économie industrielle de Toulouse, mort il y a dix ans, et auquel il a succédé pour contribuer à en faire une des institutions de recherche les plus cotées en Europe.

François Hollande a félicité l'économiste sur son compte Twitter :

Le Premier ministre Manuel Valls a quant à lui salué "un autre Français au firmament. (...) Félicitations à Jean Tirole ! Quel pied-de-nez au 'French bashing'." L'écrivain Patrick Modiano a reçu le prix Nobel de littérature la semaine dernière.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.