Samsung relance son Galaxy Note 7. Près de 2,5 millions de téléphones avaient été rappelés, en raison du risque d'explosion de la batterie. Ils ont été reconditionnés.

La production du Galaxy Note 7 avait été stoppée quelques semaines après le lancement du modèle.
La production du Galaxy Note 7 avait été stoppée quelques semaines après le lancement du modèle. © Maxppp / JEON HEON-KYUN

Le Galaxy Note 7 est de retour. Le groupe sud-coréen Samsung, le premier fabricant mondial de smartphones, remet en vente ce vendredi son modèle maudit. Une version reconditionnée du Galaxy Note 7 sera vendue uniquement en Corée du Sud et à prix réduit. Cette édition limitée est baptisée Galaxy Note Fan Edition. Les 400 000 téléphones seront vendus au prix de 611 dollars (537 euros), contre près de 1 000 dollars (880 euros) pour la version initiale.

Le Galaxy Note 7 renaît de ses cendres

Près de 2,5 millions de Galaxy Note 7 vendus avaient été rappelés par le fabricant en septembre dernier, quelques jours seulement après le lancement du modèle, pour des risques d’explosion des batteries. La production avait été stoppée en octobre. Plusieurs incidents avaient été signalés en quelques semaines.

Les nouveaux Galaxy Note Fan Edition ont été fabriqués à partir des appareils rappelés et de nouveaux composants, notamment une nouvelle batterie qui, elle, n'explose pas. L'ONG Greenpeace s’était inquiétée du sort des appareils récupérés, craignant une pollution. Finalement, certains ont donc été reconditionnés.

Un désastre économique à plus 5 milliards d'euros

Le Galaxy Note 7 était censé concurrencer l'iPhone 7 d'Apple. Samsung a estimé que cette affaire coûterait environ 5,3 milliards de dollars sur trois trimestres, à compter de juillet.

Après l'arrêt de la production, Samsung Electronics a annoncé une baisse de 30% de son résultat opérationnel au troisième trimestre 2016. Le résultat opérationnel pour la période de juillet à septembre s'élevait à 4,6 milliards de dollars contre 6,3 milliards de dollars pour la même période en 2015. Compte tenu du poids de Samsung en Corée du Sud - le groupe représente 17% de son PIB - cette débâcle a eu des conséquences, légères, sur la croissance.

La crise avait également affecté les multiples fournisseurs de Samsung, qui produisent par exemple des modules de caméras ou des coques de protection. Les pertes ont été estimées à 1,7 milliard de dollars.

La production a été stoppée et les Galaxy Note 7 retirés de la vente.
La production a été stoppée et les Galaxy Note 7 retirés de la vente. © Maxppp / ¿ÃµøpŒ

Une publicité catastrophique pour Samsung

La débâcle du Galaxy Note 7 a été dévastatrice pour l'image de Samsung qui se vante de la qualité de ses produits dans les technologies de pointe. Le groupe avait d'ailleurs été moqué dans le jeu vidéo GTA, les Galaxy Note 7 devenant des armes à acheter. Au lieu de lancer des grenades, les joueurs pouvaient lancer des téléphones pour tuer des gens.

Des nombreuses compagnies aériennes avaient interdit totalement les Galaxy Note 7 de Samsung à bord de leurs avions en raison du risque d’explosion. Les autorités américaines et japonaises avaient également interdit le smartphone dans tous les avions au départ ou à destination des Etats-Unis et du Japon.

Le Galaxy S8 lui aussi défaillant ?

Et voila qui pourrait ternir un peu plus la réputation de Samsung. Le groupe a lancé en avril son nouveau Galaxy S8, qui a été très bien accueilli par les spécialistes. Le téléphone se déverrouille par un système de reconnaissance de l’iris. Cependant, des hackers allemands affirment avoir réussi à tromper le système. Des chercheurs du Chaos Computer Club (CCC), un groupe allemand fondé en 1981, ont posté une vidéo semblant montrer que le S8 se déverrouille quand on lui présente, non pas l'iris de son propriétaire, mais une photo de l’œil de ce dernier surmontée d'une lentille pour reproduire la courbure du globe oculaire. "Une photo haute résolution récupérée sur internet est suffisante pour récupérer un iris", explique Dirk Engling, porte-parole du CCC. "Ce qui est ironique, c'est que nous avons obtenu les meilleurs résultats sur des imprimantes laser Samsung."

Le géant sud-coréen a ouvert une enquête. Samsung qui devrait peut-être songer à revenir au traditionnel code pin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.