Aude Taillandier, présentatrice de QVC
Aude Taillandier, présentatrice de QVC © Marc Plantec / Marc Plantec

REPORTAGE - C’est un coup de tonnerre dans le monde du téléachat. Depuis début août, QVC propose 64 heures d'émissions en direct sur Internet, le câble et le satellite. M6 Boutique et le téléshopping ont pris un sacré coup de vieux en quelques jours...

D'un côté, des émissions crées au milieu des années 80, de l'autre un mastodonte du téléachat qui se revendique "leader mondial multi-canal de la distribution via la télévision et Internet". Depuis "Le magazine de l'achat" présenté par Pierre Bellemare et Maryse en 1987, le paysage du téléshopping n'a pas beaucoup bougé en France. Sur TF1 comme sur M6, deux présentateurs, le plus souvent un homme et une femme, vous font leurs plus beaux sourires pour vous vendre des articles pas toujours de très bonne qualité et à une heure bien matinale. Avec QVC, c’est un nouveau concept qui arrive en France .

Les explications d'Olivier Babeau, professeur de gestion à l’Université de Bordeaux et auteur d’un rapport sur le télé-achat

► ► ► ÉCOUTER |Comprendre l'écosystème du téléachat : l'intégralité de l'entretien avec Olivier Babeau (11'19)

Dans les studios de QVC

Dans la régie TV de QVC
Dans la régie TV de QVC © Marc Plantec / Marc Plantec

Il est 17h, l'antenne de QVC démarre dans une minute. Le reportage de Thibault Lefèvre.

QVC est accessible aux États-Unis depuis 1987. Le groupe s'est ensuite développé au Japon, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie et en Chine. Depuis 2014, le groupe américain est coté au Nasdaq. Il touche 300 millions de foyers à travers le monde et revendique un chiffre d'affaire de 8,8 milliards de dollars en 2014 . Début août, QVC lance ses programmes en France. Ils sont émis du bâtiment 266 du site des entrepôts et magasins généraux d'Aubervilliers qui hébergeait il y a quinze ans les rotatives de l'ancien quotidien France Soir.

Le plateau TV de QVC
Le plateau TV de QVC © Marc Plantec / Marc Plantec

150 salariés, dix présentateurs et un studio de 300 m2 à Aubervilliers au Nord de Paris : QVC a mis les petits plats dans les grands pour proposer 64 heures de programmes diffusées en direct sur le web, sur la chaîne 29 de la Freebox et sur le canal 70 de Fransat. Le groupe américain touche aujourd'hui six millions de foyers en France et ne compte pas s'arrêter là. Objectif à l'horizon 2016 : convaincre d'autres diffuseurs pour proposer ses programmes à 18 millions de Français et créer d'ici trois ans, 250 emplois à durée indéterminée .

Des programmes bien produits, des invités de qualité, une stratégie orientée vers l'interactivité et le numérique... QVC bouge les lignes : sur le site, les consommateurs sont en lien direct avec la chaîne, ils posent des questions sur Facebook et achètent les produits qu'ils voient en quelques clics. QVC mise sur le numérique : l'année dernière, 41% des commandes d'e-commerce du groupe à l'échelle de la planète ont été réalisées via un terminal mobile.

La bataille de la TNT

Sur le plateau de QVC
Sur le plateau de QVC © Marc Plantec / Marc Plantec

Olivier Babeau a évalué le marché actuel du téléachat en France à 230 millions d'euros par an. Il estime qu'en libérant le téléachat d'obstacles qu'il considère avant tout comme culturels, le chiffre d'affaires pourrait passer à 1,4 milliards d'euros.

Une des conditions à cette possible "libération du marché" du téléachat est l'arrivée d'une chaîne 100% téléachat sur un des canaux de la TNT . La question s'est posée en 2002 et en 2005 quand la chaîne M6 Boutique s'est portée candidate. À chaque fois, le CSA a refusé d'attribuer une fréquence. M6 Boutique est désormais installée sur une chaîne de la TNT luxembourgeoise.

Avec l'arrivée de QVC, c'est le marché du téléachat en France qui est bouleversé. Ce coup de projecteur sur un marché peu exploité en France devrait reposer la question d'une attribution d'un canal TNT à une chaîne de téléachat. M6 et TF1 sont prévenus, QVC est sur les rangs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.