Selon Les Échos, pour aider les ménages modestes à acheter une voiture moins polluante, le gouvernement serait en train d'étudier la mise en place d'une aide à l'achat inspirée d'un programme déjà existant de microcrédit.

Le gouvernement serait en train d'étudier la mise en place d'une aide à l'achat d'un véhicule moins polluant pour les ménages à faibles revenus.
Le gouvernement serait en train d'étudier la mise en place d'une aide à l'achat d'un véhicule moins polluant pour les ménages à faibles revenus. © Maxppp / IP3 / Luc Nobout

La crise des "gilets jaunes" a confirmé que les aides qui existent, sous la forme de primes à l'achat de véhicules peu polluants, ne remplissent pas totalement l'objectif espéré : permettre aux Français qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller travailler, de le faire avec une voiture propre, ou le moins polluante possible. 

Selon Les Echos, le gouvernement aurait donc confié à l'inspection générale des finances, une mission d'expertise sur la mise en place d'une solution de microcrédit, qui compléterait les solutions existantes. 

Car la “prime à la conversion des véhicules”, entrée en vigueur le 1er janvier, nouvelle version de la prime mise en place en 2015, n'a pas totalement répondu aux objectifs. Certes, en 2018, plus de 202 000 primes auraient été versées sur les 300 000 demandes enregistrées et  depuis le 1er janvier, 60 000 dossiers ont été déposés, mais le chiffre est bien loin de l’objectif de mettre à la casse un million de véhicules d’ici trois ans.

Les raisons sont généralement financières

Avec les critères de la prime actuelle (à retrouver ici) l'aide atteint généralement un montant entre 1 000 et 2 500 euros. Pour les ménages modestes, la somme à débourser pour acheter une voiture neuve ou récente reste donc bien trop importante.

C'est pour eux que le gouvernement serait en train de définir un nouveau type d'aide, sous la forme de microcrédit en s'inspirant du modèle développé par l'incubateur Action Tank créé par Martin Hirsch, patron de l'AP-HP et Emmanuel Faber, le patron de Danone, avec le constructeur Renault. Les voitures proposées sont des Dacia Sandero ou des Renault Kangoo en location avec option d'achat ou location longue durée. 

"C'est l'organisme de microcrédit qui va payer une partie des mois de location d'avance explique le directeur d'Action Tank, Jacques Berger. La personne qui va se retrouver avec le véhicule, remboursera l’organisme de microcrédit. De cette manière la, une partie du risque qui pèse sur le prix, est transféré à l'organisme de microcrédit, pour le montant du loyer mensuel soit le plus bas possible." Action Tank l'a vérifié : l'achat d'un véhicule neuf fait bien baisser le budget mobilité, et permet effectivement un retour ou un maintien dans l'emploi.

Selon Les Echos, l'idée serait donc d'ouvrir ce système aux autres constructeurs tout en donnant accès à la "prime à la conversion des véhicules".  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.